Redéfinir l'économie des télécommunications mobiles avec les opérateurs de réseaux virtuels

Publication: Mis à jour:
MVNO
Interface Medias
Imprimer

Durant les deux dernières décennies, les télécommunications mobiles se sont totalement industrialisées. L’émergence des opportunités technologiques et réglementaires a créé une concurrence accrue entre les acteurs du marché et a permis l’apparition de nouveaux profils d’opérateurs et la diversification des offres destinées aux consommateurs.

L’entrée des opérateurs de réseaux mobiles virtuels MVNO dans le secteur des télécommunications mobiles est un exemple édifiant des bouleversements que connaît le secteur. Un MVNO (Mobile Virtual Network Operator) est une compagnie qui fournit des services de télécommunications mobiles sans posséder une infrastructure réseau cellulaire et ni une licence d’exploitation des canaux fréquentiels du spectre radioélectrique. L’entreprise loue des capacités réseau d’un opérateur traditionnel MNO (Mobile Network Operator). Elle est donc dépendante de son fournisseur de réseau mais possède ses propres ressources pour être fonctionnelle dans le marché du mobile.

Aujourd’hui, plusieurs types d’opérateurs virtuels peuvent être distingués. Les fournisseurs de services SP MVNO (Service Provider MVNO) sont les opérateurs virtuels les plus répandus dans le monde. Ils achètent des minutes d’appels chez l’opérateur traditionnel et les revendent à leurs clients en utilisant leur propre nom de marque. Ils intègrent également les procédé de facturation et support client et ce, sans aucune activité réseau tel que le routage des appels (commutation). En revanche, les opérateurs virtuels pleins Full MVNO, l’autre type d’opérateurs virtuels le plus connu, sont considérés comme les plus productifs dans le secteur des télécommunications mobiles.

En effet, en plus de revendre des minutes d’appel ou des volumes data, ces opérateurs disposent d’une capacité réseau, d’un registre de localisation nominal (HLR) contenant les données personnelles des usagers et de leurs propres cartes SIM. En plus de travailler avec des marges plus élevées que celles des SP MVNO, puisque le concept terminaisons d’appels est appliqué à leur revente des appels vocaux, les Full MVNO ont aussi plus de liberté dans le choix de la tarification, le développement de services, la commutation des appels vocaux et le routage des données. La multiplication des MVNO a entraîné une diversification des domaines d’activité dans lesquels une entreprise des télécommunications est opérationnelle.

Mieux, ces MVNO ont ajouté de l’eau au moulin des opérateurs physiques pour qu’ils puissent fournir des services spécifiques et surtout cibler de nouveaux segments de marché jamais exploités auparavant. Plusieurs économistes ont ainsi défini la diversification créée comme étant une entrée d’une entreprise à l’intérieur d’une autre. Ils estiment qu’associer les ressources humaines des opérateurs mobiles virtuels à celles des opérateurs physiques encouragera la concurrence et facilitera la commercialisation de leurs services télécoms communs à des prix imbattables. Aussi, les MVNO peuvent servir à élargir la gamme des services offerts par les opérateurs traditionnels, accroître la flexibilité tarifaire, cibler de nouveaux segments de marché et introduire des services à valeur ajoutée.

Réduction des coûts opérationnels

Par ailleurs, les coûts opérationnels des MVNO sont réduits par rapport à ceux des MNO grâce à l’absence de frais de licence à payer. Cette optimisation du coût est améliorée par un recours réduit aux infrastructures hardwares des réseaux et canaux de distribution. Ces opérateurs se contenteront alors d’assurer des prestations de services mobiles à des taux tarifaires inférieurs. Cette situation a apporté un temps d’avance aussi bien dans la concurrence au sein de l’industrie des télécommunications mobiles que sur leur régulation. Les MVNO permettent ainsi de contourner en quelque sorte le goulot d’étranglement représenté par le nombre limité de licences disponibles. Depuis 1999, de nombreux opérateurs virtuels sont entrés en activité dans le monde. Les pays de l’Europe du Nord sont les pionniers.

Le Norvégien Sense, le premier MVNO de l’histoire des télécommunications mobiles, a été créé en 1997. Dans ce contexte, plusieurs processus réglementaires ont été élaborés dans de nombreux pays. Certains régulateurs ont obligé des MNO à ouvrir leurs réseaux physiques à des opérateurs virtuels (les pays nordiques, l'Allemagne et l'Espagne), d’autres ont mis en œuvre des dispositions spécifiques en termes de frais d’accès et mode de fonctionnement (Danemark et en Irlande, par exemple). En revanche, des pays comme la France et la Grande Bretagne ont décidé de ne pas intervenir et laisser les négociations entre les MNO et MVNO s’établir sur une base volontaire.

En Algérie, la création de ce type d’entreprise demeure dépendante de l’adoption de la nouvelle loi des télécommunications par la prochaine assemblée nationale.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.