Marion Maréchal-Le Pen demande qu'on lui envoie des offres d'emploi

Publication: Mis à jour:
MARION MARECHAL LE PEN
French MP Marion Marechal-Le Pen looks on during a session of the French National Assembly on a draft law on broaden the crime of obstruction of abortion to websites, on December 1, 2016 in Paris. / AFP / JACQUES DEMARTHON (Photo credit should read JACQUES DEMARTHON/AFP/Getty Images) | JACQUES DEMARTHON via Getty Images
Imprimer

Cela ressemble plus à une pause qu'à un arrêt définitif. Après avoir envoyé une lettre à ses électeurs, Marion Maréchal-Le Pen a expliqué à TV Liberté les raisons pour lesquelles elle a décidé d'arrêter la politique.

Dans cette interview à cette télévision d'extrême droite, la députée Front national du Vaucluse met une fois encore en avant la naissance, il y a trois ans de sa fille. "Ce choix s'impose pour des raisons personnelles et politiques. Je suis chargée d'âme et ça rentre en ligne de compte car je suis de celles qui considèrent que si l'on est défaillant dans ses responsabilités immédiates à l'égard de sa petite nation, c'est-à-dire sa famille, je ne vois pas comment on peut être performant à l'égard de sa grande nation. Mon devoir immédiat est de répondre aux besoin de cette petite fille dont j'ai été beaucoup privée", dit la présidente du groupe FN à la région Paca.

Mais au cours de cet entretien, elle laisse entendre à deux reprises que la décision annoncée ce mardi n'est pas définitive. "Je pense que je referai de la politique", dit Marion Maréchal-Le Pen expliquant que "l'expérience qu'elle va acquérir dans le privé" lui sera utile le jour où elle reviendra. "Il est temps pour moi de me confronter à autre chose", dit le jeune femme qui a été élue à l'Assemblée à 22 ans.

Elle compte travailler dans le secteur privé, aimerait rejoindre "une petite entreprise" mais n'a pas encore d'idée précise. Elle a d'ailleurs lancé un appel aux téléspectateurs de cette webtélé pour qu'ils lui envoie des offres d'emploi, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.