La Russie bloque WeChat, Facebook s'approche du modèle "ad-only", les utilisateurs Google cible d'une campagne de spam

Publication: Mis à jour:
WECHAT
A Chinese girl is posting photos to WeChat taken in Japan. | Jiangang Wang via Getty Images
Imprimer

La Russie bloque l'application chinoise WeChat

Le gouvernement russe a bloqué l'accès à l'application chinoise des réseaux sociaux WeChat, développée par Tencent Holdings, pour ne pas avoir donné les coordonnées du responsable de la communication en Russie. L'accès à la plateforme de médias sociaux le plus populaire en Chine a été restreint depuis le 4 mai, selon les informations publiées sur le site Web du régulateur russe. L'année dernière, la Russie a bloqué le réseau social américain LinkedIn, appartenant à Microsoft, pour violation d'une loi qui exige que les données sur les citoyens russes soient stockées sur des serveurs russes. Vadim Ampelonskiy, porte-parole du régulateur, a déclaré samedi dernier que WeChat avait été bloqué car il n'a pas fourni de coordonnées pour le registre russe des «organisateurs de la distribution d'informations sur Internet». WeChat, lancé en 2011, n'est pas très populaire en Russie, mais le blocage peut affecter les touristes chinois et les opérateurs russes qui font des affaires avec la Chine. Les applications mobiles de messagerie les plus populaires en Russie l'année dernière étaient : VKontakte de Mail.ru, WhatsApp de Facebook et Viber de Rakuten, selon les consultants J'son & Partners.

La ville de Portland demande à Uber de dévoiler un logiciel controversé

La ville de Portland, en Oregon, prévoit d'assigner Uber Technologies Inc pour l'obliger à divulguer un logiciel qui a permis à ses conducteurs d’échapper aux régulateurs de transport locaux, a déclaré vendredi dernier un responsable de la ville. Uber a reconnu avoir utilisé un logiciel, connu sous le nom de Greyball, pour contourner les responsables gouvernementaux qui essayaient de réprimer Uber dans les zones où son service n'avait pas encore été approuvé, y compris dans la ville de Portland. Depuis lors, il a arrêté l'utilisation du logiciel à cet effet, en disant que le programme a été créé pour vérifier les demandes de routage afin d'éviter toute fraude et de protéger les conducteurs. Selon Reuters le ministère américain de la Justice a entamé une enquête criminelle sur le programme Greyball d'Uber et qu'un grand jury du nord de la Californie avait transmis une assignation à la firme concernant l’utilisation du logiciel et où était-il déployé. Portland a commencé sa propre enquête sur Greyball après que le New York Times ait révélé son existence en mars.

Facebook s'approche du modèle commercial "ad-only"

La croissance de Facebook est de plus en plus dépendante du marché de la publicité numérique, contrairement à son rival, Google, qui trouve de nouveaux flux de revenus dans le matériel et les logiciels. Facebook a annoncé la semaine dernière que 98% de ses recettes trimestrielles proviennent de la publicité, contre 97% un an plus tôt et 84% en 2012. Les revenus tirés de sources non publicitaires sont tombés à 175 millions de dollars au premier trimestre 2017, contre 181 millions de dollars un an plus tôt. Facebook a averti pendant un certain temps de la baisse des revenus non publicitaires. Cette partie de son activité, qui se compose presque entièrement d’amateurs de jeux vidéo sur des ordinateurs de bureau achetant de la monnaie virtuelle, a baissé à mesure que les jeux se sont déplacés vers les smartphones. Facebook prend 30% des achats de jeux vidéos comme Farmville de Zynga Inc. La dépendance de Facebook à l'égard de la publicité est une préoccupation à long terme, mais la société a le temps de trouver d'autres revenus tout en créant son activité commerciale principale, a déclaré Clement Thibault, analyste principal chez Investing.com cité par Reuters. Les produits non publicitaires de Facebook, tels que son casque de réalité virtuelle Oculus et les logiciels de bureau de Workplace, génèrent actuellement peu de revenus. Certaines entreprises se diversifient grâce à des acquisitions, mais la plupart des achats de Facebook, comme Instagram et WhatsApp, se sont déroulés sur des marchés adjacents. Contrairement à Facebook, Google, filiale de Alphabet Inc., les revenus non publicitaires, provenant de sources telles que les services cloud et les smartphones Pixel, ont affiché un bond de 49,4% à 3,1 milliards de dollars au dernier trimestre et représentent maintenant 13% des revenus totaux de la société.

Une campagne de Spam cible les utilisateurs de Google avec un lien malveillant

Alphabet Inc a appelé ses utilisateurs de se méfier des courriels provenant de contacts connus leur demandant de cliquer sur un lien vers Google Docs après qu'un grand nombre de personnes ont déclaré sur les médias sociaux que leurs comptes avaient été piratés. Google a déclaré avoir pris des mesures pour protéger les utilisateurs des attaques en désactivant les comptes offensants et en supprimant les pages malveillantes. L'attaque a utilisé une approche relativement nouvelle du phishing, une technique de piratage conçue pour inciter les utilisateurs à donner des informations sensibles, en accédant aux comptes utilisateurs sans avoir besoin d'obtenir leur mot de passe, via une application malveillante se faisant passer comme un document Google Docs. "C'est l'avenir de l'hameçonnage", a déclaré Aaron Higbee, directeur de la technologie chez PhishMe Inc. "La technique permet aux attaquants d’arriver à leur but sans avoir passer l’installation de logiciels malveillants sur un appareil". Google a déclaré que ses équipes "s'emploient à éviter que ce genre de spoofing ne se reproduise". "C'est une situation très grave pour quiconque est infecté parce que les victimes ont leurs comptes contrôlés", a déclaré Justin Cappos, un professeur de cyber-sécurité à la NYU Tandon School of Engineering. Cappos a indiqué que les pirates utilisaient un système automatisé pour perpétuer les attaques.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.