Évanouissement de 14 élèves dans un lycée à Fkih Ben Saleh

Publication: Mis à jour:
SCHOOL CLASS
Getty Images/iStockphoto
Imprimer

FAITS DIVERS - Un étrange incident est survenu mercredi dans un lycée marocain de la province de Fkih Ben Saleh (Béni Mellal-Khénifra). Quatorze filles qui étudient dans le lycée collégial Hamman Al Fatouaki, dans la commune Oulad Bourahmoun, se sont évanouies lors d'une séance d'éducation physique.

Dans un communiqué publié jeudi, la Délégation provinciale du ministère de l'Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique indique que les 14 élèves en question sont âgées entre 14 et 15 ans. Elles "ont été transportées à bord de plusieurs ambulances à l'hôpital de proximité de Souk Sebt Oulad Nemma où les premiers soins et secours leur ont été prodigués, avant de quitter l'établissement hospitalier dans un état normal".

Selon le ministère, une élève souffrant de la thyroïde s'est d'abord évanouie, avant que deux autres élèves, dont l'une souffrant d'une maladie respiratoire chronique et l'autre vivant dans des conditions sociales particulières, ne soient prises du même malaise, rapporte la même source.

"Hausse de la température et stress"

"Les cas d'évanouissement se sont succédé touchant au total 14 filles qui, selon les examens médicaux auxquels ont été soumises, ne souffraient d'aucune maladie suscitant l'inquiétude". La délégation affirme dans son communiqué que ces cas d'évanouissement "sont dus à la hausse de la température et au stress de la période de pré-examens". Les cours dans l'établissement concerné "se poursuivent de façon normale", est-il par ailleurs précisé.

Ce n'est pas la première fois qu'un tel incident survient dans la région de Fkih Ben Saleh. En avril dernier, 54 élèves filles élèves du lycée collégial Okba Ibn Nafi, dans la commune rurale de Sidi Issa, s'étaient aussi évanouies dans d'étranges circonstances.

La délégation locale du ministère avait alors expliqué que les faits étaient dues à des "crises passagères d'hystérie collective traitées avec de l'oxygène et des injections sédatives".

LIRE AUSSI: