La Cour des comptes relève plusieurs infractions dans la gestion financière et administrative de l'ISIE

Publication: Mis à jour:
ISIE TUNISIA
TUNIS, TUNISIA - DECEMBER 18: The head of the high authority for Tunisian elections (ISIE), Chafik Sarsar (C) gives a speech during a press conference about the 2nd round of the presidential elections that will be held on 21th of December in Tunis, Tunisia on December 18, 2014. (Photo by Marieau Palacio/Anadolu Agency/Getty Images) | Marieau Palacio/Anadolu Agency/Getty Images
Imprimer

La Cour des comptes a publié jeudi son rapport pour l'année 2014 concernant l'Instance Supérieure Indépendante des Élections (ISIE) et celui-ci est loin d'être reluisant.

En effet, selon le document plusieurs infractions ont été décelées par la Cour des comptes notamment au niveau financier et administratif.

Parmi ces défaillances la Cour cite l'absence de contrats pour de nombreux fonctionnaires, le recrutement d'agents sans qu'il y ait nécessité, le transfert de sommes d'argents vers des comptes privés, l'achat de voitures pour son propre compte, des défaillances du système de comptabilité de l'Instance et enfin un versement des cotisations sociales des membres de l'Instance calqué sur celle des fonctionnaires détachés de l'administration...

Selon le rapport de la Cour des comptes les élections présidentielle et législatives de 2014 ont coûté 84,196 millions de dinars à l'ISIE contre 81,752 millions de dinars prévus initialement.

Épinglant le budget de l'Instance pour l'année 2014, la Cour relève un déficit de plus de 3 millions de dinars au sein de l'ISIE. Selon elle, près de la moitié du budget de l'ISIE pour l'année 2014 a été consacré aux salaires.

En outre, 18 PC, 48 téléphones portables, 2 imprimantes en plus de nombreux équipements fournis par le Centre national d'Informatique auraient été perdus par l'Instance.

Par ailleurs, la Cour des comptes a noté de nombreux dysfonctionnements dans les Instances régionales, notamment celles de l'étranger. Ainsi ces dernières n'ont pas arrêté leur bilan au 31 décembre 2014 comme cela aurait dû se faire. De plus, plusieurs décisions ont été prises sans l'aval du Conseil de l'Instance à l'instar de nombreux recrutements injustifiés ou encore des primes.

Selon le rapport, plusieurs cas de transferts d'argent des Instances régionales vers des comptes privés de personnes y travaillant ont été recensés citant notamment le président de l'ISIE en Italie, qui a transféré 461 mille dinars du compte de l’Instance vers son compte personnel, les comptes d'autres coordinateurs et les comptes d'associations.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.