Tunisie: Deux mois de prison ferme pour un t-shirt anti-police

Publication: Mis à jour:
JAIL
Shutterstock / Steve Snowden
Imprimer

Deux Tunisiens ont été condamnés à deux mois de prison ferme pour "outrage public" en raison d'une citation hostile à la police imprimée sur un t-shirt, a indiqué mercredi le procureur-adjoint du tribunal de première instance de Sousse (est), Zahia Sayadi.

Selon plusieurs médias, un jeune, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a été interpellé vendredi dans un café de cette ville côtière alors qu'il portait un t-shirt personnalisé sur lequel était écrit: "Si la femme se fait corrompre elle devient une putain, et si l'homme se fait corrompre il devient policier".

D'après les mêmes sources, le propriétaire de l'imprimerie a ensuite été arrêté à son tour.

"Le porteur du t-shirt a été poursuivi pour outrage public et l'imprimeur pour participation à un outrage public. Ils ont été condamnés mardi à deux mois de prison" ferme, a déclaré à l'AFP Mme Sayadi.

Selon elle, "le fait de porter ce t-shirt dans la rue revient à insulter publiquement tous les policiers en les traitant de corrompus". Cela "relève de l'outrage public", a-t-elle assuré.

Les condamnés peuvent faire appel dans un délai de dix jours.

En 2013, un rappeur tunisien, Weld El 15, avait été condamné à deux ans de prison pour "outrage à la police" du fait d'une chanson diffusée en ligne et intitulée "Boulicia Kleb" ("les policiers sont des chiens", en arabe).

Après de multiples péripéties judiciaires et quelques semaines en prison, il avait vu sa peine réduite à six mois avec sursis.

Cette affaire avait été considérée à l'époque comme une atteinte aux libertés dans la Tunisie post-révolution.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.