Pourquoi le limogeage du patron du FBI par Donald Trump rappelle l'affaire du Watergate

Publication: Mis à jour:
FBI TRUMP
REUTERS
Imprimer

ÉTATS-UNIS - L'annonce a provoqué une onde de choc à Washington. Le président américain a limogé mardi 9 mai le patron du FBI James Comey, en charge de l'enquête sur les liens éventuels entre l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie, accusée d'avoir interféré dans la présidentielle américaine.

Ironie de l'histoire: la raison officiellement avancée par l'administration Trump pour ce limogeage est la façon dont James Comey, 56 ans, a géré le dossier des emails de la candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton. Le président l'accuse en substance d'avoir mal traité cette dernière en dévoilant à la presse de nombreux détails de l'enquête... que le candidat républicain avait pourtant lui-même utilisés quotidiennement pour pilonner la démocrate pendant la campagne.

Ce limogeage surprise, et avec un seul précédent dans la longue histoire du FBI, a fait l'effet d'une bombe au Congrès, des démocrates accusant l'administration Trump de vouloir "cacher la vérité".

Le "massacre du samedi soir" de Trump?

Certains ont même évoqué le scandale le plus retentissant de l'histoire politique américaine, le Watergate. À partir de 1972, une série d'articles dévoile que des micros ont été installés dans les bureaux du parti démocrate. Directement mis en cause, le président républicain Richard Nixon est poussé à la démission en 1974.

Entre temps, le 20 octobre 1973, Nixon remercie le magistrat indépendant Archibald Cox qui enquêtait sur le scandale qui allait entraîner sa chute, et sur les tentatives pour étouffer l'affaire. Cet épisode sera baptisé le "massacre du samedi soir (Saturday Night Massacre)" par les médias.

"Ce n'est rien de moins que nixonien, a ainsi tonné le sénateur démocrate Patrick Leahy après l'annonce du limogeage de James Comey. Le président a révoqué le patron du FBI au milieu d'une des enquêtes de sécurité nationale les plus critiques dans l'histoire de notre pays, celle qui implique des hauts fonctionnaires dans la campagne et l'administration Trump".

"C'est Nixonien. Le procureur général adjoint Rod Rosenstein doit immédiatement nommer un procureur spécial pour poursuivre l'enquête sur Trump et la Russie", écrit le sénateur démocrate Bob Casey.

"Le limogeage de Comey par le président Trump rappelle le massacre du samedi soir de Nixon", écrit le sénateur démocrate Martin Heinrich.

"L'histoire se répète. Nixon a lui aussi viré l'homme qui enquêtait sur lui."

L'adjectif "nixonien" est même rapidement devenu, outre-Atlantique, un des mots-clés les plus utilisés sur Twitter.

Sur Twitter, le compte officiel de la bibliothèque présidentielle de Richard Nixon a pris ses distances par rapport à cette comparaison et précisé que, contrairement à Trump, l'ancien président n'avait pas limogé le directeur du FBI.

"Le saviez-vous? Le président Nixon n'a jamais viré le directeur du FBI"

Certains voient en tout cas dans le rapprochement de ces deux événements les prémices d'un éventuel départ de Trump avant la fin de son mandat, comme ce à quoi Nixon a dû se résoudre. "Je suis assez âgé pour me souvenir du limogeage décidé par Nixon et... ça ne s'est pas bien fini pour lui", a lancé le sénateur démocrate Joe Manchin sur CBSN.

LIRE AUSSI: