Non, les femmes ne sont pas plus physionomistes que les hommes

Publication: Mis à jour:
MEET
Cropped shot of two businesspeople shaking hands during a meeting in the boardroom | Cecilie_Arcurs via Getty Images
Imprimer

SCIENCE - Des chercheurs de l'Université de Pennsylvanie aux États-Unis ont réalisé une étude sur la physionomie. Ils ont en particulier cherché à savoir si la croyance commune selon laquelle les femmes sont de meilleures physionomistes que les hommes était vraie.

La conclusion de leur étude publiée dans eNeuro et résumée par Science Daily est sans appel: non, les femmes ne sont pas plus physionomistes que les hommes. "J'ai débuté cette étude en m'attendant vraiment à voir l'effet du sexe biologique dans la reconnaissance faciale. Nous n'en avons trouvé aucun et nous avons vraiment regardé," affirme Suzy Scherf, professeur adjoint de psychologie et de neurosciences à l'Université de Pennsylvanie.

Selon la professeure, la reconnaissance faciale est l'une des compétences les plus importantes dans les interactions sociales. "Vous pouvez comprendre l'âge, le sexe, si vous connaissez ou non la personne, si elle est digne de confiance, si elle est compétente, attrayante, chaleureuse, soignante. Nous pouvons faire des catégorisations sur les visages très vite", indique Suzy Scherf.

Durant cet instant, nous allons opter pour telle ou telle décision comportementale. Par exemple, "est-ce que je veux voter pour cette personne? Est-ce que je veux avoir une conversation avec cette personne?". "Beaucoup de ce que nous faisons est dicté par les informations que nous obtenons des visages", ajoute la professeure.

Pour arriver à la conclusion que hommes et femmes sont égaux de ce point de vue, les chercheurs ont utilisé des tests de comportement et l'imagerie cérébrale (observer le cerveau lorsque la personne exécute une tâche cognitive). Ils ont aussi recouru au test de reconnaissance faciale "Cambridge Face Memory". Mais un problème s'est posé à l'équipe de chercheurs: ce test ne comporte que des visages masculins. "Nous ne pouvions pas tester les stéréotypes liés au genre sans une version féminine de ce test", raconte Suzy Scherf. Ils ont donc créé leur propre test avec des visages féminins.

Dans un deuxième test, ils ont scanné les cerveaux des participants tandis qu'ils regardaient une série de clips avec des visages inconnus, célèbres, des objets communs et de scènes de navigation. Après les tests, les analyses étaient statistiquement identiques pour les hommes et les femmes.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
17 femmes parlent de la pornographie
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction