La chroniqueuse franco-marocaine Sophia Aram ose l'arabe sur France Inter pour se payer le FN

Publication: Mis à jour:
Imprimer

BILLET D'HUMOUR - Le 7 mai, Emmanuel Macron a été élu président de la République française en obtenant 66,10% des suffrages exprimés. Marine Le Pen, elle, a été mise sur la touche (33,90%). Au lendemain de cette élection, l'humoriste franco-marocaine Sophia Aram a profité de sa chronique sur France Inter pour se moquer (gentiment) du parti d'extrême droite, le Front National. "Un édito qui va réconcilier tout le monde", assure Patrick Cohen avant de lancer l'humoriste. Et qui va peut-être en fâcher certains...

"Mesdames et messieurs, bonjour et bienvenue sur France Inter", lance dès les premières secondes Sophia Aram... mais en arabe! Au lendemain de l'élection, la chroniqueuse a tenu à adresser un petit message aux électeurs du parti d'extrême droite. "C'est peut-être un détail pour vous, mais pour les 34,2% d'électeurs qui ont voté Le Pen, entendre de l'arabe sur France Inter, surtout ce matin, ça doit faire beaucoup quand même". "Peut-être qu'ils ont déjà quitté la France, et qu'ils vont même devenir des immigrés", ajoute l'humoriste.

Retour sur les élections

Avec son accent "du bled", l'accent de sa tante Fatiha, Samia Aram se lance finalement dans un édito politique, et précise assumer ses beaux cheveux bouclés, qu'elle a failli teindre en blond si Marine Le Pen avait été élue.

La chroniqueuse rappelle les surprises de ces élections: la droite qui ne pouvait pas la louper, des électeurs qui auraient normalement voté pour une chèvre face à Marine Le Pen ("là, il faut attendre un petit peu pour savoir"), Hollande qui renonce, Fillon qui s'accroche à sa candidature et l'espoir de l'immunité présidentielle, Hamon qui "refuse de monter dans le manège de la primaire pour monter dans celui de la présidentielle", Jean-Luc "Lemenchon" qui ne marchande pas ses voix.

Elle revient sur le Front National et Marine Le Pen. "On l'a vu dans le débat, ce qu'il y a de plus efficace pour faire barrage à Marine Le Pen, ça reste encore Marine Le Pen". Mais comme le souligne la chroniqueuse, l'ex-candidate pourra se rassurer avec ses nouveaux amis Christine Boutin, Dupont-Aignan et... "tous les juges qui attendent impatiemment qu'elle réponde à leurs convocations."

Et si la victoire de l'extrême droite n'est pas encore arrivée en France, "À la question est-ce que tous les problèmes des Français sont liés à la présence d'étrangers sur le sol français? Les électeurs ont répondu non à 63%. Mais on peut aussi se rappeler qu'ils étaient 80% en 2002 et ça, ça fout un petit peu la trouille quand même."

LIRE AUSSI: