Les candidats de Macron aux législatives seront dévoilés jeudi, en attendant des renforts?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

LÉGISLATIVES - Le chrono est lancé. "Il a 24 heures pour faire acte de candidature", ont répondu les soutiens d'Emmanuel Macron à Manuel Valls après que l'ancien premier ministre a annoncé ce mardi qu'il voulait s'inscrire dans la majorité présidentielle et même être député du mouvement "La République En Marche!" (LREM, le nouveau nom du parti du président).

Ce délai correspond au souhait des dirigeants macronistes qui ont prévu d'annoncer jeudi le nom des 577 candidats qui seront investis. Le tri et le choix entre plus de 10.000 candidatures reçues depuis plusieurs mois ont été réalisés par une commission d'investiture d'une dizaine de membres présidée par l'ancien ministre chiraquien Jean-Paul Delevoye.

"La quasi-totalité de la liste est connue. Il y a moins d'une dizaine de cas litigieux", assure-t-on au siège. Mais pour l'heure, seuls 14 noms ont été officialisés, début mars.

La date limite des candidatures fixée au 19 mai

D'ici à jeudi, il s'agit donc pour l'entourage du président élu de trancher ces quelques cas et de statuer sur le nom de personnalités qui seraient tentées, comme Manuel Valls, de venir dans la dernière ligne droite.

Si la commission d'investiture donnera des éléments pour éclairer le président élu, Emmanuel Macron lui-même tranchera in fine. "Il ne s'occupe pas des investitures mais garde un œil dessus et exerce un arbitrage", confie un proche. Nul doute qu'il aura son mot à dire sur le cas Valls.

Surtout qu'en l'état, une candidate a déjà été choisie pour briguer la députation dans sa circonscription de l'Essonne. "Nous allons analyser s'il s'est inscrit à En Marche!, s'il a déposé sa candidature ou non, la règle s'applique à tous. Si Manuel Valls fait acte de candidature, nous trancherons, sinon notre candidate sera investie", fait savoir ce mardi matin Jean-Paul Delevoye.

En théorie donc jeudi soir, nous connaîtrons le nom des 577 candidats de la majorité présidentielle.

Sauf qu'un autre délai a cours, susceptible de charrier son lot de surprises: les candidats, quel que soit le parti qu'ils représentent, ont jusqu'au vendredi 19 mai en fin de journée pour déposer leur dossier complet à la préfecture du département dans lequel ils feront campagne.

Bruno Le Maire attend le nom du premier ministre

Cette semaine de battement pourrait être utilisée par des candidats qui ne sont pas encore dans le giron Macron mais qui aimeraient le devenir. On pense principalement à des personnalités de droite qui attendent pour le moment de savoir qui sera le premier ministre.

"Emmanuel Macron l'annoncera lundi (15) et mardi (15) le gouvernement sera dévoilé", confirme un proche.

S'il venait à nommer une personnalité de droite, cela pourrait en effet libérer des envies. "Avant de s'engager, il faut connaître l'identité du chef de la majorité", dit par exemple dans Le Monde l'ancien ministre Bruno Le Maire qui se verrait bien député LREM dans quelques jours. Si vous aimez les surprises, cette campagne des législatives pourraient bien en réserver.

LIRE AUSSI: