Sciences: Le navire norvégien "Dr Fridtjof Nansen" entame sa tournée africaine depuis Casablanca

Publication: Mis à jour:
NANSEN
DR
Imprimer

RECHERCHE SCIENTIFIQUE - Promouvoir la pêche durable et étudier les effets du changement climatique sur les océans. C'est l'une des principales missions que s'est fixée le navire norvégien de recherche océanique "Dr Fridtjof Nansen", qui vient d'accoster au port de Casablanca ce lundi, avant de repartir pour une tournée autour du continent africain qui le mènera jusqu'en Afrique du Sud.

"Ce navire, doté d'une grande technologie fera des travaux d'enquêtes sur la côte africaine. Il va démarrer du Maroc avant de partir au Sénégal pour finir en Afrique du sud", explique au HuffPost Maroc, Are-Jostein Norheim, ambassadeur de Norvège au Maroc, venu pour assister à la cérémonie d'accueil du bateau à Casablanca.

Le navire, qui porte le nom de l'un des plus grands scientifiques et explorateurs marins norvégiens, également prix Nobel de la Paix en 1938, est à la pointe de la technologie. Sa présence au Maroc s'inscrit dans le cadre de la campagne scientifique sur les ressources pélagiques et l’écosystème dans la zone Nord-Ouest de l’Afrique, initiée par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Mise à flot du navire

"Ce partenariat avec la FAO, soutenu par la Norvège, est très important pour nous. Ce navire de recherche scientifique va accomplir un travail exceptionnel dans les profondeurs de la mer qui va nous permettre de développer notre gouvernance en matière de pêche maritime durable", a déclaré Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural, des eaux et forêts.

Neuf scientifiques du Maroc

Si la cérémonie d'accueil du navire a eu lieu à Casablanca, c'est à Tanger, dans le nord du Maroc, que l'équipage scientifique effectuera l'essentiel de ses travaux de recherche prévus au royaume. Neuf scientifiques marocains prendront part au projet du début à la fin.

"Le bateau va démarrer sa première campagne scientifique de recherche à partir du Maroc. Les scientifiques à bord vont commencer leurs expériences à partir de Tanger et vont rester cinq semaines dans les eaux territoriales marocaines, avant d'arriver en décembre 2017 en Afrique du Sud", détaille au HuffPost Maroc Zakia Driouich Sebbata, secrétaire générale du département de la Pêche maritime au sein du ministère.

Selon la responsable, le navire "va renforcer les connaissances de nos scientifiques marocains et notre institut national de recherche halieutique. Il va étudier les impacts du changement climatique, mais aussi les dynamiques des stocks chevauchants entre le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal".

Même engouement exprimé du côté du directeur de l'Institut national de recherche halieutique, Faraj Abdelmalek : "C'est une plateforme de recherche innovante, qui donnera l'occasion à tous les chercheurs, marocains et africains en général, de travailler ensemble sur des recherches nouvelles, de nouveaux types de champs de recherche, comme les micro-plastiques et les différents aspects du changement climatique. C'est une très belle opportunité pour nous".

2,3% du PIB national

Au Maroc, la pêche maritime est un secteur clé. Le pays génère une production annuelle de plus d’un million de tonnes, toutes espèces de poissons confondues et contribue à hauteur de 2,3% dans la formation du PIB national. L'halieutique au Maroc c'est aussi 170.000 emplois directs et près de 500.000 emplois indirects, selon les dernières données du ministère annoncées au Salon Halieutis, en février dernier.

"Le Maroc est un pays doté de deux façades maritimes, la Méditerranée et l'Atlantique. Ce sont des ressources naturelles riches en biodiversité et en ressources halieutiques. Cela contribue à la croissance du PIB national et à la réalisation de la sécurité alimentaire du pays. C'est donc un domaine vital pour le Maroc", souligne pour sa part Michael George Hage, représentant de la FAO au Maroc.

Pour lui, le Maroc "s'attache beaucoup à gérer ses ressources halieutiques de manière durable, vu ses engagement à travers la présidence marocaine de la COP22 et le lancement de l'initiative marocaine soutenue par le FAO, la Ceinture bleue".

La FAO est une organisation intergouvernementale qui compte 194 États membres. Elle siège à Rome, en Italie, et est présente dans plus de 130 pays avec comme mission " lutter contre la faim dans le monde". Parmi ses autres objectifs, la gestion et utilisation durable des ressources naturelles, y compris la terre, l’eau, l’air, le climat et les ressources génétiques, au profit des générations présentes et futures. Son bureau de représentation au Maroc est opérationnel depuis 1982.

LIRE AUSSI: Ce que prévoit le ministre de l'agriculture Aziz Akhannouch pour la COP22