Youssef Chahed: "Les relations tuniso-algériennes sont suffisamment solides"

Publication: Mis à jour:
YOUSSEF CHAHED
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

"Les relations tuniso-algériennes sont suffisamment solides," a souligné, ce lundi 8 mai 2017, le Chef du gouvernement Youssef Chahed lors d'un entretien téléphonique avec le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, pour le féliciter des résultats et du déroulement des élections législatives algériennes, tenues jeudi dernier.

Dans un communiqué rendu public par la présidence du gouvernement, Chahed a indiqué que les relations historiques entre les deux pays ne peuvent pas être altérées. Cette déclaration intervient à la suite de "l'incident" entre les deux pays déclenché par les propos du ministre des Affaires locales et de l’Environnement, Riadh Mouakher, selon lesquels il a désigné, dans le cadre d'une anecdote, l'Algérie de pays communiste.

Dimanche, l'ambassadeur de Tunisie à Alger, Abdelmadjid El Ferchichi a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères algérien afin de lui demander de fournir des clarifications à propos des déclarations de Riadh Mouakher.

Des partis politiques dont Ennahdha et Nidaa Tounes ainsi que l'Union Générale des Travailleurs de Tunisie (UGTT) ont fortement condamné les déclarations de Mouakher, jugées "irresponsables” et “portant atteinte à l’image des deux pays frères”.

De son côté, Mouakher à s’est excusé aux peuples algérien et libyen. "Je n’avais aucunement l’intention de nuire à l’image de l’Algérie et de la Libye avec lesquelles la Tunisie entretient des relations profondes et historiques qui dépassent ma personne et concernent les peuples de ces trois pays," a-t-il déclaré à la TAP.

"Je présente mes sincères excuses si mes déclarations, involontaires, ont porté préjudice, directement ou indirectement aux Algériens et aux Libyens frères".

Dans son intervention au cours d’une rencontre à Rome intitulée « la Tunisie, espoir en Méditerranée », le 4 mai, Mouakher a déclaré qu’il préfère dire que la Tunisie se situe sous l’Italie plutôt qu’à côté de l’Algérie communiste et de la Libye qui connait des troubles.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.