L'Allemagne veut construire au Maroc des centres d'accueil pour y envoyer ses jeunes réfugiés

Publication: Mis à jour:
REFUGEES MOROCCAN
Un jeune marocain clandestin dans l'enclave espagnole de Melilla | Juan Medina / Reuters
Imprimer

IMMIGRATION - Pour répondre aux problèmes posés par l'arrivée de mineurs clandestins marocains en Allemagne, l'Office fédéral allemand pour la migration et les réfugiés souhaite construire deux centres d'accueil au Maroc afin d'y envoyer des jeunes qui sombrent souvent dans la délinquance.

Selon le quotidien allemand Die Tageszeitung, qui a pu se procurer un document confidentiel de l'Office, les deux centres pourront accueillir chacun 100 personnes et coûteront 960.000 euros par an (environ 10 millions de dirhams).

Le lancement du projet est prévu pour 2017 et restera en phase pilote jusqu'en 2020. En plus de l'hébergement et des soins médicaux prodigués aux jeunes, les centres proposeront des cours éducatifs et une formation professionnelle, selon Die Tageszeitung.

Les centres, dont l'emplacement dans le royaume n'est pas précisé, pourront également accueillir des mineurs sans abri au Maroc. "Cela leur offrira une perspective de rester au Maroc et d'éviter qu'ils ne soient tentés par la migration illégale vers l'Europe", indique le document.

Un partenariat avec des ONG marocaines

L'Office allemand pour la migration et les réfugiés s'associera avec des ONG marocaines "appropriées" pour mettre en place ce projet, sans préciser lesquelles. Selon le document, l'Allemagne envisage également de demander à certains pays de l'Union européenne (UE) de participer au financement du projet. La Suède, également concernée par le problème des mineurs clandestins marocains, est notamment citée comme partenaire potentiel.

Les conditions de renvoi des jeunes clandestins vers le Maroc restent néanmoins floues. Le document ne précise pas si l'expulsion aura lieu après une peine purgée en Allemagne ou à la place de celle-ci.

Le projet a déjà été critiqué par plusieurs responsables allemands de l'opposition et défenseurs des droits des réfugiés. La députée du Parti Vert Luise Amtsberg a ainsi qualifié l'initiative d'"irresponsable". "Les questions clés concernant la façon dont le projet sera mis en place, qui exactement sera concerné et si le bien-être des enfants sera pris en compte, restent sans réponse", a-t-elle déclaré au quotidien allemand.

Près de 4.000 Marocains clandestins en Allemagne

En janvier 2016, suite à l'affaire des agressions sexuelles de Cologne commises par des migrants en situation irrégulière dont certains étaient Marocains, le roi Mohammed VI s'était entretenu au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Les deux chefs d'État avaient alors convenu que les deux pays devaient renforcer "immédiatement leurs échanges en vue de préparer et étudier les dossiers des personnes en séjour illégal, et de procéder au transfert sans délais vers le Maroc des personnes en situation irrégulière devant faire l'objet d'un rapatriement".

La même année, la chancelière allemande avait lancé un projet de loi visant à retirer de la liste des "pays à risques" le Maroc, l'Algérie et la Tunisie, afin de renvoyer plus facilement les demandeurs d'asile vers ces trois pays. Le projet, adopté en mai dernier par le Bundestag, la Chambre basse allemande, a finalement été rejeté en mars 2017 par le Bundesrat (la Chambre haute).

En 2016, sur les 35.939 mineurs non accompagnés qui ont fait des demandes d'asile en Allemagne, 124 venaient du Maroc, selon Die Tageszeitung. Deux mineurs marocains non accompagnés ont été expulsés vers d'autres pays de l'UE. Près de 4.000 Marocains, tous âges confondus, ont fait une demande d'asile en Allemagne l'année dernière et 174 d'entre eux ont reçu une protection. À l'heure actuelle, environ 72.000 Marocains vivent en Allemagne.

LIRE AUSSI: