Les observateurs de l'UA saluent le climat de "paix et de sérénité" ayant marqué le scrutin du 4 mai

Publication: Mis à jour:
ALGERIA
An Algerian man casts his vote at a polling station in the town of Blida, 45 kilometres (30 miles) southwest of Algiers, on May 4, 2017 during parliamentary elections.Algerians voted for a new parliament amid soaring unemployment and a deep financial crisis caused by a collapse in oil revenues. / AFP PHOTO / stringer (Photo credit should read STRINGER/AFP/Getty Images) | STRINGER via Getty Images
Imprimer

La mission d'observation électorale de l'Union africaine (UA) a salué dimanche à Alger "le climat de paix et de sérénité" qui a prévalu durant les élections législatives du 4 mai, soulignant la "réussite" de l'organisation logistique ayant permis le "bon déroulement" du scrutin.

"Ces élections se sont globalement déroulées dans un climat de paix et de sérénité. La mission de l'UA salue l'esprit de civisme et le sens de responsabilité des acteurs politiques qui n'ont posé aucun acte de nature à entraver le bon déroulement des opérations électorales", a indiqué le chef de la mission des observateurs de l'UA, Mohamed Deleita, lors d'une conférence de presse.

Il a ajouté que l'organisation "réussie" de ces élections au plan logistique a permis le "bon déroulement" du processus électoral, précisant que la création de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) en tant qu'"arbitre indépendant et impartial", a contribué à "apaiser le climat de méfiance au sein de la classe politique".

Le calme observé dans les bureaux de vote a contribué au "bon déroulement" du scrutin, a fait savoir le chef de mission, assurant qu'"aucune perturbation" de nature à entraver l'élection n'a été enregistrée, relevant que les urnes étaient "convenablement cadenassées dans 99,4% des bureaux visités".

Toutefois, les observateurs de l'UA ont relevé la "faible affluence" des électeurs le jour du scrutin", et ont, par la même occasion, exhorté les responsables politiques à "faire prévaloir les voies légales de recours en cas de contestation du verdict des urnes".

"Bien que certains efforts de transparence restent encore à faire, la mise en place de la HIISE a contribué à dissiper certains doutes sur le processus électoral", a-t-il relevé, soulignant que "les efforts d'apurement du fichier électoral et de maitrise de l'organisation du processus par l'administration électorale ont été perçus comme des évolutions positives".

La mission a également salué les "efforts" des autorités algériennes depuis l'adoption, en janvier 2012, de la loi fixant les modalités d'application du principe d'augmentation des chances de la femme d'accession à la représentation dans les assemblées élues, en vue d'assurer une participation effective des citoyennes algériennes à la gestion des affaires publiques.

Cependant, elle a fait remarquer que "si les candidatures féminines aux élections ont connu une évolution positive depuis 2012, les femmes restent faiblement représentées dans les autres aspects du processus électoral, notamment au sein de l'administration".

La mission des observateurs de l'UA a recommandé au gouvernement algérien de s'appuyer sur les "progrès apportés" par la révision constitutionnelle pour "créer un cadre propice à la participation active de la société civile dans le processus électoral".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.