Emmanuel Macron, nouveau président de la République française

Publication: Mis à jour:
MACRON
En Marche
Imprimer

PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE - Le fondateur du mouvement En Marche! et ancien ministre français de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, vient de remporter le second tour de l'élection présidentielle française, face à Marine Le Pen, candidate du Front national. Emmanuel Macron devient ainsi le huitième président de la Ve République.

Avec 65,1% des suffrages exprimés, contre 34,9% pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron succède à la présidence de la République française à François Hollande, dont le mandat s'achèvera le 14 mai prochain.

Un président jeune pour un parti jeune

À seulement 39 ans, Emmanuel Macron devient le plus jeune président de la République française. Inconnu du grand public avant son entrée au gouvernement en 2014, le jeune énarque est d'abord nommé en 2012 secrétaire général adjoint à l'Élysée en charge des questions économiques et financières, à la faveur de son expérience en tant que banquier d'affaires, avant de devenir ministre français de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Emmanuel Macron quitte le gouvernement Hollande en août 2016 afin de "se consacrer entièrement à son mouvement politique", En marche!, et s'impose comme une figure incontournable de cette présidentielle.

Lancé en avril dernier dans sa ville natale, à Amiens, son mouvement baptisé En Marche! se définit comme un mouvement citoyen s'appuyant largement sur la société civile et espérant un renouvellement politique loin des schémas partisans traditionnels.

Une prochaine visite au Maroc

Avec des visites au Maroc initialement prévues durant la campagne présidentielle en mars puis en avril derniers, visites finalement annulées "pour des raisons d'agenda", comme nous le confiait en avril dernier le Franco-marocain et soutien d'Emmanuel Macron, M'jid El Guerrab, le nouveau président français pourrait bien se rattraper en se rendant prochainement dans le royaume pour une première visite officielle.

C'est en effet ce qui ressort d'une déclaration d'Emmanuel Macron faite dans le cadre d'un entretien accordé à nos confrères de Jeune Afrique. "Je me suis déjà rendu en Algérie et en Tunisie et si je n’ai pas encore pu aller au Maroc, je m’y rendrai très rapidement après mon élection, si les Français m’accordent leur confiance", déclarait ainsi le nouveau président français au lendemain des résultats du premier tour.

Dans le même entretien, à la question l'interrogeant sur la future gestion des "relations de la France avec l'Algérie et le Maroc, qui ne s'entendent guère?", Emmanuel Macron avait souligné les relations fortes de la France avec les pays du Maghreb, tout en indiquant qu'il ne commenterait pas "la nature des relations entre le Maroc et l’Algérie car il s’agit de deux pays souverains". "Je crois profondément à l’intérêt des pays du Maghreb à coopérer davantage, à intensifier leurs relations économiques, qui restent faibles, de la même manière qu’ils développent leurs relations avec le reste du continent africain", ajoutait-il.

Un 3e et 4e tour avec les législatives

La présidentielle achevée, les efforts des différents partis en place vont désormais se concentrer sur les législatives, qui se tiendront les 11 et 18 juin prochain. Un rendez-vous encore plus déterminant que d'habitude, le premier tour de la présidentielle ayant rassemblé quatre partis phares: En Marche! avec 24,01% des suffrages exprimés, le Front national de Marine Le Pen avec 21,30%, les Républicains avec 20,01%, mené pour les législatives par François Baroin qui dirigera le parti de droite suite au retrait de François Fillon, et la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon avec 19,58%. Un rendez-vous politique capital donc pour assurer une marge de manoeuvre confortable et la constitution d'un gouvernement à même de réaliser les objectifs annoncés par le mouvement En marche!.

LIRE AUSSI: