Mode masculine: Rencontre avec quatre "instaguys" marocains dans le vent

Publication: Mis à jour:
BLOGUEURS
DR
Imprimer

MODE - Autrefois dominé par la gente féminine, le fashion blogging et autres comptes Instagram voient, désormais, émerger toute une communauté de jeunes marocains qui n’hésite pas à exprimer sa passion pour la mode à gros coups de street looks et de shootings improvisés. Le HuffPost Maroc vous présente quatre web influenceurs et instaguys marocains à suivre sans plus attendre.

Khalil B. Alaoui: Le Star Boy
Âge: 25 ans
Ville: Casablanca
Followers Instagram: 45.200
khalil b 2

Huffpost Maroc: Racontez-nous vos débuts...

Khalil B. Alaoui: Je suis quelqu'un qui adore la mode. J'aime me prendre en photo avec mes Ootd (Outfit of the day) quotidiens . J'ai alors eu l'idée de commencer à publier mes photos sur les réseaux sociaux et surtout sur le site qui avait marqué le mouvement à l'époque, LOOKBOOK.NU. Après un an de travail régulier, j'ai eu ma première collaboration avec une marque chinoise. C'est là que je me suis dit: "pourquoi ne pas en faire un travail professionnel et gagner ma vie à travers mon blog?". C'est ainsi que tout a commencé. J'ai lancé mon blog Khalilalaoui.com en 2012.

Est-ce plus difficile de percer lorsqu'on est un homme ?

Oui, je dirais un peu plus difficile. Premièrement parce que la plupart ne sait pas que les blogueurs hommes existent au Maroc. Deuxièmement, parce qu'il n'y a pas encore une réelle considération par les marques pour ce type de promotion digitale via des blogueurs au Maroc. Mais je pense que cela viendra.

Peut-on vivre de sa passion quand on est blogueur marocain ?

Dans plusieurs pays, c'est plus qu'une passion, c'est un vrai travail à plein temps. Je ne gagne pas suffisamment du blogging ou bien du digital, en général, pour pouvoir en vivre et le considérer comme un job. Alors, je me consacre à ma passion, en parallèle, à mon travail, en attendant le jour où cette activité sera reconnue au Maroc.

Qui sont les blogueurs qui vous inspirent?

Je m'inspire de tous ce qui est artistique et créatif. Je ne m'inspire pas vraiment d'un blogueur en particulier, mais j'apprécie le style de Matthew Zorpas et aussi d'Adam Gallagher.

Quels sont vos projets?

J'ai un projet sur lequel je travaille, depuis plus que 5 ans, c'est de parvenir à décrocher une place au top des blogueurs hommes dans la région MENA, et pourquoi pas au niveau international.

Votre entourage vous soutient-il?

C'est mon entourage qui m'a donné la force de continuer et de persévérer. Mes parents, mes frères et mes amis m'ont soutenu en toutes circonstances. C'est grâce à eux que je tiens depuis des années. Sans leur soutien, je n'aurais pas pu poursuivre l'aventure.

Blog : www.khalilalaoui.com
Facebook : www.facebook.com/khalilb.alaoui
Instagram : www.instagram.com/khalilb.alaoui

Mohcine Aoki: Le précurseur
Âge: 27 ans
Ville: Casablanca
Followers Instagram: 30.000
aoki

Huffpost Maroc: Racontez-nous vos débuts...

Mohcine Aoki: La mode est, avant tout, une passion forte que je cultive depuis ma plus tendre enfance. Mon père était une personne assez stylée et je garde, à ce jour, dans mon esprit, sa manière de s'habiller, et quelques pièces marquantes qu'il portait. Petit, les vêtements étaient tellement importants pour moi, que quand j'avais une bonne note à l'école, mes parents savaient très bien quoi m'offrir. Aujourd'hui, avec le développement du web, j'ai trouvé les bons outils pour exprimer mon style et ma façon de voir les choses. J'étais parmi les premiers blogueurs au Maroc en 2008 à se lancer dans ce domaine à travers skyblog. Puis je me suis lancé sur les réseaux sociaux, à savoir Facebook et Instagram.

Est-ce plus difficile de percer lorsqu'on est un homme?

Non, la difficulté ne réside pas dans le fait qu'on soit homme ou femme, mais bien dans l'esprit et la culture de notre société. Il y a quelques années, il était difficile d'imposer son propre style, de porter des vêtements slim, par exemple, ou un style streetwear personnel. Mais avec le web, les mentalités ont changé, les gens sont plus ouverts et plus réceptifs.

Peut-on vivre de sa passion quand on est blogueur marocain?

Malheureusement, non. Mais nous sommes en train de travailler pour y arriver!

Qui sont les blogueurs qui vous inspirent?

Je puise mon inspiration de l'environnement qui m'entoure, de la rue, de la musique, des choses simples qui constituent la vie...

Quels sont vos projets?

J'ai principalement trois projets en cours de préparation. Le premier concerne la conception d'une plateforme qui regroupe l'ensemble des artistes inconnus du public marocain dans les différents domaines de l'art (musique, mode, photos...).
Le deuxième porte sur la création du premier site de conseils en mode masculine au Maroc "www.easylook.ma". J'y travaille avec un ami. Il comprendra des conseils pratiques destinés aux hommes, pour les aider à trouver leur style. Le site aura aussi pour finalité d'informer les hommes sur les marques de vêtements de qualité disponibles au Maroc. Mon dernier projet, lui, réside dans le lancement d'une marque marocaine de vêtements ''streetwear''.

Votre entourage vous soutient-il?

Oui, à 100% et depuis le début!


Blog : www.mohcinexaoki.blogspot.com
Facebook : www.facebook.com/mohcine.aoki
Instagram : www.instagram.com/mohcineaoki

Othman Essahat: L'homme d'influence
Âge: 25 ans
Ville: Casablanca
Followers Instagram: 29.900
othman esahat

Huffpost Maroc: Racontez-nous vos débuts...

Othman Essahat: Je ne savais pas ce que j'allais faire dans ma vie, mais je savais que je voulais être un homme libre aux commandes de sa propre vie. Je suis devenu cet homme à travers la mode qui est, depuis toujours, ma source d'inspiration. C'est à travers elle que je me sens moi-même. C'est aussi l'instinct, le talent et un peu d'expérience qui ont fait de moi un passionné de stylisme. J'avais, d'ailleurs, lancé une collection capsules de prêt-à-porter et d'accessoires pour femmes qui a eu beaucoup de succès. Quand je travaillais à l'Officiel Maroc Magazine, beaucoup croyaient que je ne faisais rien, pourtant j'y ai tout appris.

Est-ce plus difficile de percer lorsqu'on est un homme?

D'un côté, oui, parce qu'au Maroc, il y a encore très peu de marques pour homme. D'un autre côté, non, car je suis adepte du style androgyne. Je pense être le seul Marocain qui porte le womenswear (vêtements pour femme) mélangé au menswear (vêtements pour homme). Je me permets de porter des robes en mousseline avec un jean ou encore des vestes et des accessoires pour femmes. Je peux ainsi collaborer avec des marques pour femme comme pour homme.

Peut-on vivre de sa passion quand on est blogueur marocain?

On ne parle plus vraiment de blogueurs, mais plutôt d'influenceurs web. Malheureusement, au Maroc, on n'est pas encore familier avec ce nouveau concept. À travers nos comptes Instagram, Facebook, Snapchat et autres, nous, les blogueurs, essayons de montrer que les influenceurs web jouent un rôle important dans la promotion des marques.

Qui sont les blogueurs qui vous inspirent?

Il y en a plusieurs. Je citerai : Jennifer Grace Alias The native fox, mais aussi Bryanboy, ou encore Giotto Calendoli, j'aime le blog de Leandra Medine Manrepeller qui traite la mode avec beaucoup d'humour, et évidement Chiara Ferragni Alias The Blond Salad.

Quels sont vos projets ?

Je travaille actuellement sur plusieurs collaborations avec des marques. Mais je préfère ne pas partager mes projets tant qu'ils ne sont pas concrétisés. Outre le stylisme, je m'attaque aussi à la photographie de mode...

Votre entourage vous soutient-il?

À 100%! Sans son encouragement, je n'en serai pas là, aujourd'hui.

Blog : Snobbished by Othman Essahat
Facebook : www.facebook.com/essahatothman
Instagram : www.instagram.com/othmanessahat

Khalil Zdaa: Le charme à l'ancienne
Âge: 24 ans
Ville: Casablanca
Followers Instagram: 15.700
zdaa

Huffpost Maroc: Racontez-nous vos débuts...

Khalil Zdaa: J'ai commencé par la photographie en 2010. J'étais fasciné par les sunsets (coucher du soleil), les nuages, les montagnes... Tout ce qui a trait à la nature. Petit à petit, j'ai tourné l'objectif de mon appareil vers des hommes et des femmes de mon entourage pour les prendre en photos. Puis j'ai commencé à demander à mon entourage de me prendre en photo avec mon appareil. Je partageais mes photos sur les réseaux sociaux. Elles étaient de plus en plus appréciées, plusieurs aimaient ma façon de m'habiller. En 2012 j'ai participé au concours "Je suis la mode" organisé par les Galeries LaFayette, où j'ai été finaliste parmi plus de 4.000 participants.
J'ai lancé mon blog THEZDAA le 21 décembre 2012. Je me souviens que cette date signifiait, pour certains, la fin du monde! (rires)

Est-ce plus difficile de percer lorsqu'on est un homme?

Je ne crois pas que les choses soient difficiles pour les hommes. Il est vrai que les filles ont plus d'opportunités de collaborations dans plusieurs domaines en plus de la mode. Elles peuvent s'associer à des marques de make-up, de bijoux, de beauty...
Je pense, tout de même, que quand on a un style propre et qu'on diffère des autres, tout devient facile. Comme je dis souvent: "You can buy trends but you can't buy style" ("Vous pouvez acheter des tendances, mais vous ne pouvez pas acheter de style").

Peut-on vivre de sa passion quand on est blogueur marocain?

Pas encore, malheureusement. Il faut dire que tout cet univers trace lentement son chemin au Maroc. Les marques (surtout marocaines) commencent à peine à s'habituer au "métier de blogueur". Certaines ne faisaient pas la différence entre blogueur, model et mannequin. Je garde espoir, parce le changement va s'opérer tôt ou tard.

Qui sont les blogueurs qui vous inspirent?

Le blogueur américain Adam Gallagher. J'adore son style et sa façon de s'habiller. J'aimerais vivre une vie pareille à la sienne, remplie de collaborations avec de grandes marques et de voyages aux quatre coins du monde.

Quels sont vos projets?

J'ai lancé une collection de bracelets de style marin en mars 2015 sous le nom Zallijbythezdaa. Je travaille sur une collection de sweat-shirt qui sera bientôt lancée et une autre de t-shirts fin de ce mois de mai.

Votre entourage vous soutient-il?

Oui, j'ai la chance d'avoir des parents qui aiment ce que je fais et qui m'encouragent. Mes amis et mes followers aussi me soutiennent. Ils partagent beaucoup d'amour et d'ondes positives avec moi. Cela me fait énormément plaisir et m'aide surtout à continuer dans ce domaine.

Facebook : www.facebook.com/thezdaa
Instagram : www.instagram.com/thezdaa
Instagram Bracelets : www.instagram.com/zallijbythezdaa

LIRE AUSSI: