Des législatives "sans surprise" pour la presse internationale

Publication: Mis à jour:
NEWSPAPER
Heap of old folded newspapers | Mitrija via Getty Images
Imprimer

La presse internationale a suivi de prés les élections législatives du 4 mai en Algérie. Les articles publiés le jour des élections et à l’annonce des résultats dans les différents médias internationaux, apprécient presque identiquement cet événement politique.

Après la proclamation des résultats par le ministre de l'intérieur et des collectivités locales, le 5 mai, la presse internationale a souligné les taux d’abstention, le triomphe du FLN, une victoire attendue, le désintérêt des électeurs….

Coté voisins, le quotidien arabophone marocain (AL Alam) titre sur une participation faible et décortique les chiffres donnés en les comparants aux résultats des élections de 2012.

Pour sa part, le quotidien économique tunisien l’Economiste titre "Législatives en Algérie: pas de surprise !" en référence au maintien du FLN comme principal force politique du pays.

La France, qui se prépare au second tour des élections présidentielles, s’est également intéressée à l'élection de la nouvelle assemblée populaire nationale. "Une élection peut-elle n’avoir que des perdants ?" s’est demandé Libération dans un article publié hier 5 mai et intitulé "Législatives algériennes: une défaite générale".

"Les Échos" quant à eux ont anticipé un taux de participation ne dépassant pas les 40%. Il titre " les Algériens, désabusés, appelés à élire des députés sans grand pouvoir" ou l'on peut lire "des résultats connus d’avance".

"Elpais" espagnol, revient sur l’histoire du FLN et estime que l'Assemblée nationale ne dispose d’aucun pouvoir face au président de la République et son entourage immédiat. Intitulé "L'abstention en Algérie éclipse la victoire du parti de Bouteflika" le journal le plus connu d'Espagne fait la synthèse d’une victoire prévisible.

C’est le cas également du journal Suisse "24 heures" qui évoque "la victoire de l'ancien Parti unique et son allié du rassemblement national démocratique (RND)".

"LA LIBRE" Belge, décrit, quant à lui, un scrutin sur fond de crise économique. Il dresse un état des lieux morose marqué par une incertitude politique et une crise économique.