Résultats des législatives 2017: Réactions des partis politiques

Publication: Mis à jour:
ALGERIA
Scrutineers count votes at the end of the Algerian parliamentary elections late on May 4, 2017, in the capital Algiers. / AFP PHOTO / RYAD KRAMDI (Photo credit should read RYAD KRAMDI/AFP/Getty Images) | RYAD KRAMDI via Getty Images
Imprimer

Les partis du pouvoir ont exprimé leur "satisfaction" des résultats des législatives tandis que des partis de l'opposition ont relevé des irrégularités et regretté "des manipulations", selon les réactions recueillies vendredi 5 mai suite à l'annonce des résultats officiels par le ministre de l'Intérieur et des collectivités locales Noureddine Bedoui.

Le secrétaire général du FLN (Front du Libération Nationale), qui a perdu 57 sièges par rapport à 2012 en obtenant 164 cette fois, a affirmé être "responsable des résultats" tout en indiquant être "satisfait" vu que le parti reste le premier au parlement.



M. Ould Abbes a par ailleurs ajouté que le FLN est "ouvert" à l'idée d'une alliance avec le RND (Rassemblement National Démocratique) ou tout autre parti.

Le RND, qui a réalisé la meilleure performance des ces législatives en ajoutant 29 sièges aux 68 remportés en 2012, a "relevé avec satisfaction" cette progression en remerciant ses militantes et militants, selon un communiqué publié sur le site du parti.

Ces partis du pouvoir ont "manipulé les résultats" et empêché d'autres partis de surveiller les opérations de dépouillement selon Abderrazak Makri. Le chef du MSP (Mouvement pour la Société de la Paix), qui a boycotté la présidentielle en 2014 qu'il a considéré jouée à l'avance, a justifié la participation de son parti aux législatives 2017 en affirmant que le boycott cette fois aurait mené aux même pratiques (la fraude) en plus de "la mauvaise conscience".



Le Front des Forces Socialistes, qui a perdu 12 sièges par rapport à 2012 pour se retrouver avec 14 élus, s'est quant à lui interrogé sur la non-publication des résultats détaillés des législatives 2017, notamment en matière de bulletins nuls, a annoncé le parti dans un communiqué.

"Le FFS se demande pourquoi le ministre de l'Intérieur n'a pas communiqué de chiffres détaillés sur les nombres de voix exprimées, de bulletins nuls, de voix obtenues par chaque partie dans chaque wilaya", a-t-on indiqué dans le même document.

S'étonnant également que les procès verbaux des opérations de dépouillement dans plusieurs wilayas n'ont pas été émis, le parti a par ailleurs exprimé sa "profonde inquiétude" quant à l'abstention des citoyens qui n'exercent pas le droit constitutionnel, une situation que le FFS impute au pouvoir en place.

Pour Louiza Hanoune, la secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT) (24 sièges en 2012 contre 11 en 2017), les résultats sont une "mascarade". M. Hanoune a accusé les autorités d'avoir falsifié les résultats pour pénaliser son parti à cause des positions de ce dernier, selon elle, contre les performances du gouvernement.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.