Elections législatives à Alger-Est: affluence timide des "habitués", les jeunes ne "sautent" pas

Publication: Mis à jour:
VOTE ALGERIA
A polling station is seen through a ballot box as a vote in the presidential elections is casted on April 17, 2014 in Algiers. Algeria's incumbent Presisdent Abdelaziz Bouteflika is widely expected to win despite his chronic health problems, warnings of fraud and opposition calls for a boycott. AFP PHOTO/PATRICK BAZ (Photo credit should read PATRICK BAZ/AFP/Getty Images) | PATRICK BAZ via Getty Images
Imprimer

Les bureaux de vote de la banlieue Est de la capitale ont connu une affluence timide durant la matinée de ce 4 mai 2017, jour des élections législatives. Quelques jeunes, mais surtout des moins jeunes, se sont présentés à des bureaux pour accomplir "une simple formalité" selon leurs termes. Par "tradition" ou "habitude" pour certains, par "obligation administrative" pour d'autres.

Deux heures après le lancement des élections, le bureau de vote aménagé dans une école primaire dans le quartier Cité 8 Mai 1945, communément appelé "Sorecal", à Bab Ezzouar, accueillait dans sa cour une dizaine de personnes, membres du personnel et quelques votants. Des personnes âgées, munies de leurs cartes d'électeurs ou d'identité, ayant voté ou sur le point de le faire.

Dans le même bureau, les enveloppes insérées dans les urnes se comptent sur les doigts d'une seule main, a-t-on constaté. Le personnel semblait s'ennuyer, attendant patiemment tandis que d'autres membres préféraient sortir fumer une cigarette ou discuter.

"Je ne suis pas un votant. Je ne suis ni inscrit dans la liste ni détenteur de la "carte de vote". Je travaille dans ce bureau aujourd'hui", explique au HuffPost Algérie un citoyen, la trentaine. "Je suis assistant dans un bureau en haut (2e étage de l'école primaire, ndlr). C'est resté vide depuis 08H du matin. Nous sommes alors descendus", explique-t-il.

Les premiers citoyens ayant accompli leur devoir électoral dans ce bureau de vote, des habitants du quartier principalement, se tenaient toujours debout à la sortie de cette école. Ils attendaient ainsi que leurs connaissances ou amis fassent de même avant de vaquer ensemble à leurs occupations quotidiennes. Ces personnes, des seniors, débattaient ainsi leurs opinions et leurs idées.

L'un d'entre eux, la cinquantaine, explique ainsi avoir voté par habitude. "J'ai toujours voté et donné ma voix à une préférence mais je préfère ne pas divulguer mes choix". Interrogé sur ses motivations, ce citoyen reconnaît ne pas avoir été séduit par le programme de ce parti durant la campagne électorale, clôturée ce 9 avril. "Mais je suis ce parti depuis plusieurs années et dans l'ensemble, je suis satisfait de son projet", conclut-il.

Une "formalité administrative" accomplie par "lassitude"

Plus loin dans la même commune, près de la daïra de Dar El Beida, un bureau de vote accueillait plusieurs jeunes. Certains font partie du personnel mais d'autres sont bien venus pour accomplir leur devoir électoral. Les personnes du troisième âge sont également présentes, venus des quartiers adjacents.

Que ce soit pour les jeunes comme pour les moins jeunes, ce vote est une "simple procédure administrative", expliquent-ils. "J'ai inséré une feuille blanche. Je n'ai aucune idée des noms des candidats, ni de leurs programmes ni des partis participants à ces législatives" affirme Adlène, la vingtaine. "J'ai voté pour éviter des "déboires administratifs", poursuit-il.

D'autres citoyens ont "voté blanc" suite à leur déception durant la campagne électorale. "Cette campagne était creuse", regrette une dame au HuffPost Algérie. "Beaucoup l'ont passée à matraquer les citoyens, les appelant à voter en force. Ceux qui avaient un programme présentaient des mesures vagues qui manquaient de pertinence".

Cette même source affirme avoir voté pour ne pas rompre leurs habitudes, révélant être lassée par le même paysage politique, inchangé depuis des années. "Je pense qu'il faut désormais laisser place à la relève. Les personnalités actuelles ne séduisent plus. Autant laisser les jeunes commettre des erreurs pour gagner en maturité et assurer la relève que persister dans un discours, un dialogue de sourds", poursuit-elle.

Le même constat est émis par Mohamed, 32 ans, fonctionnaire. "J'ai accompli mon devoir électoral par lassitude. J'étais tenté de boycotter mais j'ai préféré marquer ma participation pour éviter d'éventuels problèmes", a-t-il dit, faisant référence à "des chantages exercés par les autorités auprès des Algériens".

Les jeunes ne "sautent" pas

D'autres jeunes, dans plusieurs autres bureaux de vote de la banlieue Est de la capitale, dont ceux de El Hamiz, Dergana ou Rouiba, préfèrent ne pas voter. Par choix abstentionniste ou par manque de culture politique. "A quoi cela nous sert ?", s'interrogent-ils.

Bien que certains soient des membres du personnel, assistants durant ces élections législatives, ils révèlent ne pas posséder une carte d'électeurs ni avoir suivi la campagne électorale. "Je ne voterai pas, même si j'avais une carte d'électeur", affirme ainsi Rabah, 24 ans. Pourquoi ? "Participer à ces élections revient, à mon avis, à légitimer ces députés qui ne finissent plus de décevoir les Algériens", estime-t-il.

Nesrine, 23 ans, affirme quant à elle que sa "voix" ne sera jamais exprimée tant que "la corruption, l'anarchie, le vol et la manipulation nourriront les objectifs des représentants du pouvoir". Elle explique ainsi le désintérêt des jeunes par leur refus "de voter pour enrichir les dirigeants et appauvrir la population".

Certains, pourtant habitués à voter lors des dernières élections, que ce soit par adhérence politique ou par démarche administrative, expliquent ainsi être définitivement lassés par ces élections. Pourquoi cette abstention ? "Le niveau de nos politiques se dégrade de pis en pis et le fossé entre les autorités et le peuple ne cessent de se creuser", témoigne Yacine, 28 ans, à El Djorf, vers 11H30.

LIRE AUSSI: Il compare l'incomparable : Amara Benyounès veut rendre le vote obligatoire !

"Quelque part, nous sommes aussi déçus par ces députés qui peinent à défendre les intérêts des citoyens et qui ne constituent plus un poids au Parlement", conclut-il.

Le taux de participation national a atteint 4,13% à 10H contre 4,11% en 2012 à la même heure. Ce premier taux a été annoncé par le ministre de l'Intérieur, Nouredine Bedoui à la télévision nationale.

En dépit de ce taux modeste, M. Bedoui a estimé, qu'il s'agissait d'un "début encourageant".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.