Facebook : Les requêtes d'information des gouvernements en hausse

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Facebook a publié le 27 avril sont "Rapport mondial des requêtes des gouvernements" pour le second semestre de l’année 2016 en hausse de 9% par rapport au précédent semestre. Pour la première fois, le document inclus des informations sur les perturbations de l’Internet et leur un impact sur l'accès aux produits et services de Facebook.

Les demandes de renseignements sur les comptes du gouvernement ont augmenté de 9% par rapport au premier semestre de 2016, passant de 59.229 à 64 279 requêtes, indique Facebook dans son "Rapport mondial des requêtes des gouvernements" pour le second semestre 2016. "Environ la moitié des demandes de données que nous avons reçues de l'application de la loi aux États-Unis comportaient une ordonnance de non-divulgation qui nous interdit de notifier l'utilisateur", explique un communiqué du Réseau Social.

Quant au "nombre de restrictions de contenu pour violation de la loi locale", il a "diminué de 28% par rapport au premier semestre de 2016, passant de 9663 à 6944". "Nos deux rapports précédents ont reflété davantage de restrictions fondées en grande partie sur les restrictions de contenu français d'une image unique de l'attentat terroriste Bataclan du 13 novembre 2015 à Paris", affirme Facebook.

Facebook affirme appliquer une "approche rigoureuse à chaque demande gouvernementale" pour "protéger les données des personnes qui utilisent nos services". "Nous examinons (juridiquement) chaque requête, quel que soit le pays qui fait la demande, et nous contestons celles qui sont déficientes ou trop larges", ajoute le rapport qui précise que Facebook ne fournit pas aux gouvernements des "portes arrières" (en anglais "back doors", qui signifient des outils de piratage des comptes, ndlr) ou "un accès direct à l'information des utilisateurs".

A noter que les demandes d’informations sont liées aux "différents produits et services", à savoir le réseau social Facebook, l’outil de communication Messenger, et les applications WhatsApp et Instagram.

USA, plus de 40% des requêtes

Comme au premier semestre 2016, les Etats-Unis arrivent en tête en nombre de requêtes déposées auprès de Facebook au second semestre de la même année. Quelques 26.014 requêtes ont été déposées par le gouvernement américain réclament des données concernant 41.492 comptes d’utilisateurs. Facebook a répondu favorablement à 83,46% de ces requêtes pour lesquelles "certaines données ont été produites", affirme le rapport, ajoutant que le gouvernement américain a introduit également 37.541 demandes de "conservation de données" ayant donné lieu à la préservation des informations de "64.567 comptes".

Après les Etats-Unis, le second pays en nombre de demandes est l’Inde avec 7.289 requêtes concernant 9.932 comptes d’utilisateurs. Suivi du Royaume-Uni (6.366 requêtes pour 7.952 comptes d’utilisateurs), de la France (4.478 requêtes / 5.195 comptes d’utilisateurs), de l’Allemagne (4.422 requêtes concernant 5.631 profils), l’Italie (1.876 requêtes concernant 3.230 comptes) et le Brésil (1.819 requêtes concernant 3.230 comptes d’utilisateurs). A eux seuls, ces 7 pays représentent plus de 81% des requêtes reçues par Facebook au second semestre 2016.

Contrairement au 1er semestre 2016, aucun pays d’Afrique du Nord n’a introduit de demande d’informations. Dans la région Moyen-Orient, la Turquie arrive en tête avec 459 requêtes concernant 522 comptes Facebook (et autres services liées), suivie d’Israël (278 requêtes pour 337 comptes), et la Jordanie (55 demandes de données pour 77 comptes d’utilisateurs). Le Liban, les Emirats Arabes Unis et le Koweït ont déposé chacun 3 requêtes concernant 3 comptes, alors que l’Arabie Saoudite n’a déposé qu’une seule demande concernant 2 comptes d’utilisateurs.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.