À Casablanca, Ziryab raconté dans une pièce de théâtre franco-maroco-espagnole

Publication: Mis à jour:
ZIRYAB
Juliette Parisot
Imprimer

THÉÂTRE - Il est considéré comme le plus grand musicien arabe de tous les temps. Également poète de génie, astronome et géographe, Abu Hassan Ali ben Nafi, connu sous le nom de Ziryab, fait l'objet d'une création théâtrale inédite à Casablanca.

Du 8 au 14 mai 2017, la pièce adaptée et mise en scène par l'artiste espagnol Daniel San Pedro, d'après le texte de Jesus Greus, sera jouée dans six lieux différents de la ville blanche, dont les anciens abattoirs à Hay Mohammadi et l'église Buenaventura à l'ancienne médina, transformée en complexe culturel.

"L'histoire de Zyriab est très peu connue. En Espagne, on nous a, pendant longtemps, raconté comment les rois catholiques ont pris le pays. Ce n'est qu'à partir des années 90 que la mise en valeur de la culture arabe a commencé à se faire connaitre", explique Daniel San Pedro, lors d'une conférence de presse organisée mercredi à l'Institut Cervantes de Casablanca.

Le metteur en scène, installé à Paris, estime que l'histoire de Ziryab, mort à Cordoue en 857, raconte en quelque sorte de "ce que l'on vit aujourd'hui".

Amour, humanité et simplicité

"Nous vivons, actuellement, en Europe une situation assez similaire à celle d’Al Andalus. Nos sociétés sont issues de diverses communautés qui cohabitent et vivent en harmonie. Oui, en harmonie, car même s’il y a des conflits, des difficultés à accepter les différences, les religions, les coutumes de chacun, malgré les attentats, les provocations, la montée des extrêmes et des intégrismes, nous arrivons à vivre ensemble", explique le metteur en scène dans une note d'intention

"Le spectacle n'est pas militant, mais il comporte plusieurs messages d'amour, d'humanité et de simplicité", souligne-t-il.

Sur les planches, on retrouvera donc Daniel San Pedro et la comédienne Fatym Layachi, accompagnés du musicien M'hamed El Menjra. "Quand j'ai rencontré Fatym Layachi, j'ai immédiatement eu un coup de foudre pour elle. Pareil avec M'hamed, dès que je l'ai vu, je me suis dit c'est lui Ziryab!", confie le metteur en scène.

Côté technique, l'équipe est composée de Aurélie Maestre, scénographe d'opéra, Caroline de Vivaise, costumière au palmarès impressionnant, puisqu'elle compte trois Césars à son actif. Dans l'équipe, deux autres techniciens: Alban Suvé pour la lumière et Juliette Parisot pour la photographie.

mhamed

M'hamed El Menjra

Après Casablanca, la pièce de théâtre Zyriab se lancera dans une tournée en France et en Espagne. La première représentation en France est prévue à Toulon le 9 novembre prochain sur la scène nationale de Châteauvallon.

Ziryab est produite par le Théâtre de l’Aparté, une compagnie théâtrale implantée à Casablanca et dont la direction artistique est assurée par Géraldine Hédelin, Karim Troussi et Brahim Bihi, en partenariat avec la Compagnie des Petits Champs.

Les dates programmées à Casablanca:

  • Lundi 8 mai à partir de 20h30, au Musée du judaïsme de Casablanca
  • Mercredi 10 mai, à partir de 20h à l'Institut Cervantes
  • Jeudi 11 mai, à partir de 20h30 au Studio des Arts Vivants
  • Vendredi 12 mai à partir de 20h30 aux Anciens abattoirs de Casablanca
  • Samedi 13 mai à partir de 18h à l'Institut français de Casablanca
  • Dimanche 14 mai à partir de 18h30 au Complexe culturel ancienne Médina (Eglise Buenaventura).