Le bon cru du Maroc forge sa réputation à l'international

Publication: Mis à jour:
Imprimer

VITICULTURE - S'il est une ville réputée dans le monde pour son vin, c'est bien Bordeaux. C'est naturellement là qu'a été délocalisé cette année le Challenge international du vin (CIV), organisé jusqu'alors dans la petite commune de Bourg, tout aussi réputée pour son vignoble qui produit près 220.000 hectolitres de vin rouge et 1.200 hectolitres de vin blanc par an.

La tradition veut que ce concours, vieux de 41 éditions, considéré comme le plus grand et plus ancien de l'Hexagone, mette à l'honneur chaque année un pays ou une région française. Cette année, les organisateurs ont décidé de mettre en avant le vignoble du Maroc, un "pays qui compte 14 appellations d'origine contrôlée (AOG) et qui possède une longue tradition viticole. Il développe aujourd'hui des vins de caractère qui suscitent un véritable engouement", ont expliqué les organisateurs.

challenge

Le concours s'est déroulé sur deux jours, les 22 et 23 avril derniers, au Palais des congrès de Bordeaux. Il y a eu exactement 4.376 échantillons de vins provenant de 38 pays, présentés à un jury de 740 dégustateurs confirmés.

"45,5% des vins qui sont dégustés sont des vins étrangers, alors que le prix moyen de la bouteille en lice est de 8,83 euros hors-taxes", a souligné Laurent Séramour, président du Challenge, lors d'une conférence de presse organisée pendant l'évènement.

18 médailles décrochées

Après la dégustation des vins à l'aveugle, les membres du jury ont attribué à chaque échantillon une note, en se basant sur son odeur, son goût, sa couleur, l'équilibre de ses arômes et son harmonie générale. Le palmarès a été dévoilé une semaine après, "le temps de réanalyser les échantillons médaillés par un laboratoire accrédité", explique le président. Cette période permet en effet aux organisateurs de s'assurer de la conformité des échantillons gagnants avec ceux qui sont commercialisés. "Nous sommes très vigilants par rapport à cela. Cela fait partie de notre démarche qualité".

vins

Sur les 44 vins que le Maroc comptait en compétition officielle, 18 ont décroché des médailles dont neuf d'or, quatre d'argent et cinq de bronze.

Les médailles d'or:

  • Tandem 2015 - AOG Zenata, rouge, Thalvin, Domaine des Ouled Thaleb
  • Les Trois Domaines 2016 - AOG Guerrouane, rosé, Les Celliers de Meknès
  • Orian du val d'Argan 2013, rouge, Les domaines du Val d'Argan
  • Beni M'Tir 2016, rouge, Castel Frères
  • Muscat d'Alexandrie, Les Grains d'Or 2015 - AOG Berkane, blanc doux, Comptoir des vins de l'Oriental
  • Le Gris 2016 - AOG Zaer, rosé doux, La Ferme Rouge
  • Terres Rouges 2015, Les Côtes de Rommani, Domaine de la Ferme Rouge
  • Solo Cabernet Sauvignon 2015, rouge, Les Celliers de Meknès
  • CB Initiales 2016, blanc, AOG. Zenata, Thalvin, Domaine des Ouled Thaleb

Les médailles d'argent:

  • Epicuria Cabernet Sauvignon 2013, rouge, Domaine de La Zouina
  • Volubilia 2016, rosé, Domaine de la Zouina
  • Ithaque 2014 - Les Côtes de Rommani, rouge, La Ferme Rouge
  • Ait Souala 2015 - AOG Zenata, rouge, Thalvin, Domaine des Ouled Thaleb

Les médailles de bronze:

  • Perle Grise de Mogador 2015, rosé, Domaine du Val d'Argan
  • Sidi Youssouf 2016 - AOG Guerrouane, rosé, Castel Frères
  • Club des sommeliers 2016 - AOG Guerrouane, rosé, Castel Frères
  • Première de Baccari 2013, rouge, Domaine de Baccari
  • S de Siroua 2016, blanc, Thavin, Domaine des Ouled Thaleb

Outre la compétition officielle, le Maroc a eu droit un Prix spécial adjugé par un jury plus restreint, composé de Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde en 1992, Patrick Masbatin, représentant du guide spécialisé Gault & Millau, Zakaria Wahby, premier et meilleur sommelier du Maroc résidant au Royal Mansour Marrakech et Michèle Aström-Chantôme, secrétaire générale de l'Association de la sommellerie internationale et présidente de l’Association des sommeliers du Maroc.

zakaria

Zakaria Wahby, premier et meilleur sommelier du Maroc

Joselin de Gésincourt, directeur marketing et achats de Ebertec Maroc, Abdelghani Maarfi, vigneron marocain installé à Saint-Emilion et propriétaire du domaine Château La Mariotte, Sophie Talbot, responsables achats de vins chez Casino, Jacques Legros, animateur et journaliste à TF1, et Bernard Montiel, acteur et comédien français né à Casablanca, étaient également dans le tour de table.

bernard

Pour ce prix, deux vins déjà médaillés d'or ont convaincu le jury. Il s'agit de "Tandem 2015 (AOG Zenata), vin rouge, Thalvin, Domaine des Ouled Thaleb" et de "Les Trois Domaines 2016 - AOG Guerrouane, vin rosé, Les Celliers de Meknès". Le premier "riche en bouche et cohérent dans son âge" a été désigné Prix spécial Maroc alors que le second a décroché un Coup de coeur en "reconnaissance du travail de recherche accompli par son vigneron".

"Je trouve que tous les vins que nous avons dégustés étaient très intéressants. Nous avons eu un bon échantillonnage et évidemment c'est un vin rouge qui ressort. C'est logique étant donné que la production marocaine, c'est surtout du vin rouge. On avait, en effet, trois vins rouges en dégustation, un vin blanc qui était très bien, un vin gris exceptionnel et puis un vin doux qui était intéressant également, à base de muscat", nous confie Michèle Aström-Chantôme.

Les producteurs des vins consacrés pourront coller sur leurs bouteilles des médailles adhésives comme un gage de leur qualité. "Les médailles ont peu d'impact sur le marché français. En revanche, elles en ont beaucoup à l'export et permettent à leurs détenteurs de conquérir plus facilement les marchés internationaux", assure Laurent Séramour.

Pour Michèle Aström-Chantôme, cela ne peut être qu'une bonne chose. "C'est une bonne vitrine pour les vins marocains.
Tous les dégustateurs ont apprécié. D'ailleurs, vous avez entendu la conclusion du meilleur sommelier du monde, Philippe Faure-Brac, qui a été impressionné par la qualité des vins du Maroc. Je pense que c'est un peu le sentiment de chacun autour de la table".

Un concours de vins au Maroc?

Le Maroc, qui produit en moyenne 35 millions de bouteilles de vin par an, est le deuxième exportateur de vins en Afrique, après l'Afrique du Sud, a fait savoir récemment le Financial Times. Le Maroc n'en exporte cependant qu'entre 10 et 15% de sa production totale, ont souligné les organisateurs du challenge. Un chiffre en deça des capacités du royaume en matière viticole.

civ

Abdelghani Maarfi et Michèle Aström-Chantôme

Pour y remédier, la présidente de l'ASMA estime qu'un concours de vin au Maroc pourrait contribuer à son développement à l'international: "J'aimerais beaucoup qu'un jour, on arrive à monter un concours de vins au Maroc avec comme dégustateurs uniquement des sommeliers, mais venus du monde entier, pas seulement du Maroc ou de la France. L'idée est de mettre en avant le vin du Maroc et démontrer qu'il est arrivé à un niveau de qualité internationale".

Selon la spécialiste, ce concours pourrait voir le jour en partenariat avec les organisateurs du Challenge international du vin. "Étant donné que nous sommes très proches des organisateurs du Challenge du vin et des Citadelles du vin, je pense qu'on pourrait bénéficier de leur connaissance en ce qui concerne la logistique des concours", justifie-t-elle. "C'est une très grosse machine à mettre en place. Et pour cela, il faut des professionnels".

"Avec des palais différents, aussi bien de sommeliers suédois qu'argentins, français, italiens ou encore néo-zélandais, on peut arriver à avoir une bonne image, une bonne carte postale des vins marocains", conclut la spécialiste.

jury

LIRE AUSSI: