Législatives 2017: l'ARAV avertit Echourouk News pour sa"transgression" de la période de silence

Publication: Mis à jour:
SALIMA GHEZALI SUR ECHOUROUK NEWS
Capture ecarn
Imprimer

La diffusion de Echourouk News de l'entretien de Salima Ghezali, la tête de liste du Front des Forces Socialistes (FFS) au lendemain de la fin de la campagne électorale et la période de silence imposée aux médias lourds, a suscité le courroux de l'Autorité de Régulation de l'Audiovisuel (ARAV).

Celle-ci a pris contact avec le président du groupe Echourouk pour lui faire part de la "gravité" de l'infraction commise par la chaîne dans son journal télévisé de 19h00 en version française.

L'ARAV, selon son communiqué diffusé par l'Agence de presse algérienne (APS), déplore cet entretien avec un candidat aux élections législatives, en dépit de la période de silence imposée par la loi durant les trois jours précédant le vote.

"La chaîne Echourouk News a diffusé lundi 1 mai 2017 dans son journal télévisé de 19h00 en version française, un entretien avec un candidat aux élections législatives, en dépit de la période de silence imposé par la loi durant les trois jours précédant le vote", note la même source, précisant qu'"aussitôt, le président de l'ARAV a pris contact avec le président du groupe Echourouk pour lui faire part de la gravité de cette infraction".

De même source on apprend que la direction de la chaîne "a reconnu sa faute et s'est engagée à réagir immédiatement. Elle a présenté ses excuses à l'ouverture de son journal télévisé principal de 20h30 et y a annoncé des mesures qu'elle prendra par
la suite"..

L'ARAV "déplore cette transgression de la loi qui vient ternir le travail d'accompagnement qu'elle s'est efforcée de mener tout au long de la campagne électorale et se réserve le droit de faire appliquer la loi dans toute sa rigueur", relève la même source.

L'ARAV avait rappelé que les chaînes de télévision et de radio, publiques et privées, étaient interdites de couvrir la campagne électorale des législatives du 4 mai "sous quelle que forme que ce soit" au-delà de sa période légale, qui a pris fin dimanche à minuit. Elle avait invité, à cet effet, tous les responsables des médias audiovisuels à "bannir", durant cette période de silence, "toute forme de propagande ou de couverture politique, toute diffusion d'émission directe, toute opération de sondage et toute publication de résultat avant la fermeture du dernier bureau de vote".

Selon certains sources, cette "infraction" a failli être la cause de la non impression du quotidien arabophone Echourouk par les imprimeries de l'Etat du Centre. La candidate du FFS avait vivement critiqué l'intervention du Premier ministre, Abdelmalek Sellal à Setif et son incitation des épouses à ne pas préparer de café à leur époux et à les "traîner" aux bureaux de vote.

Selon d'autres sources, la cause du cafouillage serait la diffusion de la réponse du youtubeur Anes Tina au ministre des Affaires religieuses paru sur les colonnes du quotidien aujourd'hui. Le youtubeur y disait que "le film Al Rissala n'était pas le Coran" et que le ministre des Affaires Religieuses "devrait s'occuper de choses plus importantes pour son secteur".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.