L'acteur Mourade Zeguendi refuse un rôle de terroriste dans le prochain Brian De Palma (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
MOURADE ZEGUENDI
Mourade Zeguendi refuse un rôle de terroriste dans le prochain Brian De Palma | Facebook/Mourade Zeguendi
Imprimer

CINÉMA - "C'est le genre de truc qui va t'arriver une fois dans ta life et je dis: 'non'". L'acteur belgo-marocain Mourade Zeguendi, que l'on a notamment vu dans les films Dikkenek, JCVD et Taxi 4, vient de refuser ce qui aurait pu être le rôle de sa vie.

Contacté par le "monstre sacré du cinéma", Brian De Palma, l'acteur a décliné l'offre d'un rôle dans le prochain film du réalisateur américain. Motif? Il s'agissait de jouer un terroriste de Molenbeek, la commune de Bruxelles d'où étaient originaire la plupart des terroristes impliqués dans les attentats de Paris et de Bruxelles en 2015 et 2016.

Dans une vidéo postée le 25 avril sur sa page Facebook, l'acteur, qui a également joué dans L'Amante du Rif de Narjiss Nejjar, explique qu'il n'aurait "jamais cru de sa vie" qu'il refuserait un film pour Brian De Palma, réalisateur de Scarface, Les Incorruptibles et Mission Impossible. "J'ai dû dire non à Brian de Palma. P***** c'est terrible!" poursuit l'acteur.

Sa vidéo, vue près de 50.000 fois sur Facebook depuis sa publication, n'a pas manqué de faire réagir les internautes. À une personne qui lui dit qu'il aurait dû "accepter (le rôle, ndlr) pour mieux rebondir", Mourade Zeguendi répond qu'il préfère "pouvoir (se) regarder dans une glace que de (se) prostituer dans une petite scène d'une grosse production américaine".

Ce n'est pas la première fois que l'acteur pousse un coup de gueule contre les rôles de terroristes toujours proposés aux Arabes. "Avant, on demandait aux Arabes comme moi de jouer les voyous et maintenant on est passé aux terroristes. On reste dans le cliché et ça, à 36 ans, je ne peux plus l’accepter", expliquait-il en septembre 2016 dans le quotidien belge Dernière Heure.

"C’est beaucoup trop cliché et cette problématique mérite un scénario bien plus fouillé que cela pour ne pas renforcer la peur de l’autre, déjà bien trop présente dans notre société", ajoutait-il.

LIRE AUSSI: