Turquie: deux personnes voulant déployer une banderole arrêtées à la place Taksim

Publication: Mis à jour:
ISTANBUL
Turkish riot police scuffle with a group of protesters as they attempted to defy a ban and march on Taksim Square to celebrate May Day in Istanbul, Turkey May 1, 2017. REUTERS/Murad Sezer | Murad Sezer / Reuters
Imprimer

TURQUIE - Deux personnes qui voulaient déployer une banderole pour les célébrations lundi de la fête du travail ont été arrêtées par la police à la place Taksim d'Istanbul.

En dépit des mesures de sécurité rigoureuses et une forte présence de la police, deux femmes sont entrées dans la place emblématique de la capitale. Il s'agit un lieu symbolique pour les mouvements de la gauche et syndicats en Turquie et où les célébrations de cette journée à été, encore une fois, interdite.

La place a été fermée avec des barrières et le trafic en sa direction a également été suspendu jusqu’à la fin des célébrations alors que plus de 30.000 policiers sont déployés dans la ville.

40e anniversaire du massacre de 1977

Le leader de la confédération des syndicats révolutionnaires de Turquie (DISK), Kani Beko avait appelé à marquer la Journée internationale des travailleurs par un rassemblement pacifique dans cette place cette année, qui coïncide le 40e anniversaire du massacre de 1977 quand des hommes armés inconnus avaient ouvert le feu sur la foule de syndicalistes à Taksim tuant 34 personnes et faisant nombreux blessés.

Les auteurs de ce massacre n’ont jamais arrêtés et les syndicats avaient accusé à l’époque "l’Etat profond" d’être derrière et, depuis, l’interdiction d’y manifester par les syndicats avait été décrétée avant d’être levée en 2010 puis réinstaurée en 2013.

Le DISK et les autres organisations syndicales comme la confédération des syndicats des fonctionnaires (KESK), les chambres professionnelles avec l’Union des Ingénieurs et Architectes (TMMOB) et l’Union des médecins (TTB) ont finalement décidé d’éviter le bras de fer avec les autorités après l’interdiction en optant pour Bakirkoy, un autre district de la mégapole pour les célébrations.

LIRE AUSSI: La Turquie bloque l'accès à Wikipédia