Turquie: Six membres présumés de Daech arrêtés

Publication: Mis à jour:
TURKISH POLICE
Turquie: Six membres présumés de Daech arrêtés | Murad Sezer / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - La police turque a annoncé dimanche l’arrestation de six présumés membres de Daech à Izmir (Ouest) soupçonnés de planifier des attaques lundi lors de la fête du travail.

La police antiterrorisme a mené, dimanche à l’aube, des raids simultanés dans le cadre d’une enquête lancée par le procureur d’Izmir interpellant six suspects dont deux ressortissants syriens, selon les autorités.

La police aurait confisqué des documents et du matériel appartenant à l’organisation terroriste lors des raids.

La Turquie a arrêté plus de 5.000 présumés suspects de Daech, a déporté plus de 3.290 combattants étrangers de 95 pays et a refusé l’entrée sur son territoire à plus de 38.269 personnes, selon le ministère de l'Intérieur turc.

A la veille du référendum sur la réforme constitutionnelle du 16 avril, la police avait arrêté 49 présumés membres du groupe extrémiste à Istanbul parmi lesquels 41 ressortissants étrangers, dont les nationalités n’ont pas été révélées, accusés de planifier un acte terroriste "sensationnel" le jour du scrutin référendaire.

Plus de 300 morts dans des attentats

La Turquie a été secouée, depuis juillet 2015, par des attentats sanglants ayant fait plus de 300 morts et attribués au groupe extrémiste de l’Etat islamique (EI) et à la rébellion du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), notamment la plus meurtrière, un double attentat-suicide commis par des présumés djihadistes, en octobre 2015, qui avait fait 103 tués devant la gare centrale d’Ankara.

La dernière attaque sanglante en date a été commise, la nuit du Nouvel An à Istanbul, quand un assaillant, membre de Daech, a attaqué une discothèque tuant 39 personnes dont plusieurs ressortissants étrangers.

Un précédent double attentat-suicide par voiture piégée et un kamikaze près du stade de Besiktas à Istanbul avait fait, le 9 décembre dernier, 44 tués dont 36 agents de la police anti émeute.

LIRE AUSSI: