Pour l'universitaire Fatma Marrakchi Charfi, l'augmentation du taux d'intérêt directeur n'aura pas un impact significatif sur la dépréciation du dinar

Publication: Mis à jour:
DT
DR
Imprimer

L’augmentation du taux d’intérêt directeur n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation du dinar, "il faut à court terme, réduire les importations, impulser les exportations et la croissance pour limiter le glissement", affirme la professeur d'économie Fatma Marrakchi Charfi lors d’une rencontre à Paris, sur la "dépréciation du dinar tunisien".

Pour l'universitaire Fatma Marrakchi Charfi, les dernières mesures prises par le conseil d'administration de la BCT pour propulser l’épargne à travers l’augmentation du taux d’intérêt n’aura pas un impact significatif sur la dépréciation de la monnaie nationale et ce "parce que le pays a un taux d’intérêt réel négatif".

Au contraire, "cette mesure plombera les charges des entreprises et les crédits des particuliers empruntés à taux variables", ajoute-t-elle, notant que les instruments dont dispose la Banque centrale dans ce domaine, sont limités.

"Il faut intervenir au niveau de la politique budgétaire et non pas au niveau de la politique monétaire", estime Charfi qui enseigne à la facutlé des sciences économiques de Tunis.

"Le gouvernement est également, appelé à imposer des restrictions pour limiter les importations et demander au Fonds monétaire international (Fmi) d’activer les clauses de sauvegarde", insiste l’universitaire active dans un laboratoire d’intégration économique internationale, expliquant qu’il faut démontrer au FMI qu’il existe des secteurs sinistrés tels que le textile et l’habillement.

Evoquant le tollé soulevé par la dépréciation du dinar au cours des derniers jours, l’enseignante affirme que « la monnaie nationale n’est pas très surévaluée par rapport à sa valeur réelle ». « Ce qui s’est passé ces derniers jours, est un emballement plus que nécessaire dans les échanges de devises, ce qui a fait que le taux de change s’est déprécié très rapidement », selon ses propos.

L’universitaire distingue la dépréciation et la dévaluation par le degré d’engagement de l'autorité monétaire à défendre la parité du dinar vis à vis des devises faisant remarquer que la BCT n’est pas obligée de défendre la parité du dinar, car « nous ne sommes pas dans un régime de change fixe".

"Dans, le régime de change tunisien, ce sont les intermédiaires agrées qui déterminent le taux de change, et la banque centrale intervient pour réajuster".

De son coté, le spécialiste de l’intégration économique maghrébine Camille Sari indique que la dépréciation du dinar tunisien "engendrera une hausse des prix des produits fabriqués en Tunisie".

Alors que pour l’expert financier Acharf Ayadi qui a animé le débat, la BCT constitue "la dernière ligne de défense de l’économie tunisienne » étant donné que les autres lignes de défense de l’économie ne fonctionnent pas".

La rencontre qui s’est déroulée vendredi, a été organisée par le club think-finance de l’association desTunisiens des grandes écoles (Atuge) à Paris.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.