Législatives: le président Bouteflika appelle les Algériens à "exercer leur choix" et "participer massivement" au scrutin

Publication: Mis à jour:
BOUTEFLIKA
President Abdelaziz Bouteflika looks on during a swearing-in ceremony in Algiers April 28, 2014. Bouteflika was sworn in for a fourth term on Monday after easily winning an election opponents dismissed as fraudulent to re-appoint the ailing independence veteran after 15 years in power. REUTERS/Louafi Larbi (ALGERIA - Tags: POLITICS ELECTIONS) | Louafi Larbi / Reuters
Imprimer

Après les partis politiques, le premier ministre, les membres de son gouvernement et les chefs de partis, c'est au tour du chef de l'Etat d'appeler les Algériens à "exercer leur choix" et "participer massivement" au scrutin du 4 mai prochain.

Dans un message relayé par l'Agence de presse algérienne (APS), le Président Bouteflika affirme que l'élection de la prochaine Assemblée populaire nationale, permettra aux Algériens de " choisir parmi plus d'un millier de listes de partis politiques et de candidats indépendants qui se sont présentés dans les différentes wilayas du pays et au niveau des circonscriptions électorales de la communauté nationale à l'étranger".

Le message lu en son nom par Mme Imane Houda Feraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la télécommunication, lors d'une rencontre nationale de sensibilisation à Alger sous le thème "la société civile, soutien à l'édifice démocratique", le chef de l'Etat assure les Algériens que "ce choix sera respecté, sera le vôtre, libre, et en concordance avec vos convictions politiques. Mais dans le même temps, votre participation à ce scrutin sera votre contribution personnelle à la stabilité du pays, à la progression de la démocratie dont vous êtes la source et, au développement de notre Patrie, l'Algérie, à laquelle nul parmi nous n'a de Patrie de rechange".

"J'en appelle donc notamment à votre attachement à l'Algérie pour répondre présent à l'appel du Devoir et à participer massivement à l'élection de l'Assemblée populaire nationale", a affirmé le chef de l'Etat.

Dans ce sillage, le président de la République a anticipé en initiant, à partir de 2011, de profondes réformes politiques, couronnées en 2016 par une révision de la Constitution ayant abouti, entre autre, à la création d'une Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) qui veille à la transparence et à la probité des élections.

Il rappellera aussi que la loi organique relative au régime électoral, adoptée en juin 2016 par le parlement, offre, pour sa part, de nouvelles garanties juridiques pour un scrutin "clair et transparent" conformément à la révision de la Constitution.

La sécurité des législatives "garantie" grâce "aux succès méritoires" contre le terrorisme

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé samedi que la sécurité des élections législatives du 4 mai prochain sera "garantie" grâce "aux succès méritoires" enregistrés par l'Armée nationale populaire (ANP) et les forces de sécurité, dont il a salué "l'engagement et les sacrifices".

"De plus et conformément aux directives que j'ai émises, l'ANP, la Gendarmerie nationale et la Sûreté nationale seront mobilisées pour garantir plus que jamais, la sécurité de la population et la sérénité de la consultation électorale", a-t-il ajouté, indiquant que "les pouvoirs publics ont pris les dispositions requises pour une bonne organisation du scrutin, y compris la mobilisation de près d'un demi million de fonctionnaires pour l'encadrement de plus de 65.000 centres et bureaux de vote".
51052/126/400/172


La prochaine APN finalisera les réformes destinées à la diversification économique

Le chef de l'Etat a, également, relevé le rôle de la prochaine Assemblée populaire nationale (APN) qui devra légiférer pour la finalisation de diverses réformes destinées à la diversification économique.

Pour le Président de la République, l'élection législative du 4 mai prochain revêt une "importance accrue" du fait qu'elle se situe non seulement dans le sillage d'une profonde révision constitutionnelle" survenue l'année dernière, mais aussi dans "une conjoncture financière lourde de défis pour notre pays".

Une autre manière de sous-entendre que le temps des subventions est révolu et que la crise économique ne sera que plus tangible.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.