Législatives 2017: Chemseddine Lamrani, un comédien devenu star improbable d'une triste élection

Publication: Mis à jour:
DZJOKER
Capture d'écran | Youtube/Capture d'écran
Imprimer

Chemseddine Lamrani n'est pas un politicien mais il a réussi à attirer l'attention mieux que n'importe quel candidat aux législatives du 4 mai prochain. Le comédien algérien, connu pour ses podcasts humoristiques sous le pseudo DZjoker, a enflammé les réseaux sociaux jeudi 27 avril au soir en publiant sa nouvelle vidéo "Mansotich" (Je ne sauterai pas), un véritable manifeste pour le boycott.

Trois semaines après le début de la campagne électorale, entamée le 9 avril, les partis politiques ont été confrontés au désintérêt général envers les législatives du 4 mai. Appréhendant un taux d'abstention record, les autorités ont mené parallèlement une campagne contre le boycott.

Cette indifférence, relevée même par la presse étrangère, contraste nettement avec le buzz créé par un youtubeur muni d'une caméra. Totalisant plus d'un demi million de vues moins de 24 heures après sa publication sur YouTube, et d'une durée de 4 minutes et demie, la vidéo est classée première au "top trending" des vidéos YouTube les plus vues en Algérie. Elle a été partagée en masse sur Facebook et Twitter et des dizaines de milliers de personnes ont félicité son auteur.




"Je l'ai écrit et tourné [la vidéo] avec les tripes", a écrit vendredi DZjoker sur sa page facebook, indiquant avoir été "très ému" par le succès qu'a connu sa production et par les milliers de messages de soutien qu'il a reçu.

Le titre "mansotich", une allusion pour ne pas dire "manvotich" (Je ne voterai pas), est aussi un jeu de mots sur le slogan officiel "Seme3 Sotek" (fais entendre ta voix). En forme de poème, le texte, écrit et lu par le comédien, interpelle un personnage féminin (comprendre l'Algérie). L'acteur lui reproche de ne vouloir de sa voix que quand il s'agit d'élection et d'ignorer ses revendications, ses droits le reste du temps.

Les différents rôles que joue "Chemsou" dans la vidéo représentent les arguments du désintérêt, de la méfiance qu'ont les Algériens envers la classe politique. Un jeune supporter d'un club de football auquel on reproche son "ignorance" accuse l'école, "gratuite mais de bas niveau". Un patient sur un lit d’hôpital qui critique la mauvaise qualité des soins dans un pays où les responsables se soignent à l'étranger. Une personne aux besoins spécifiques qui dénonce le montant dérisoire de sa pension mensuelle. Entre autres. Tous répètent: "Mansotich!".

supporter


besoins specifiques


malade


Chemseddine Lamrani, 27 ans, est technicien supérieur en maintenance informatique de formation. Il publie ses vidéos sur YouTube depuis 5 ans. Il a également écrit et joué dans des séries et des émissions pour la télévision publique algérienne et les chaînes privées Ennahar et Echorouk.



LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.