La success story de Diyaa, réfugié syrien à Casablanca

Publication: Mis à jour:
58FF50272
© UNHCR/Oussama Rhaleb
Imprimer

RÉFUGIÉS - Comme 5 millions de Syriens, Diyaa a lui aussi fui la Syrie avec sa femme et ses deux enfants. Il s'est installé avec sa petite famille à Casablanca où, après deux années de dur labeur, il a réussi à créer et à développer une petite entreprise de cordonnerie. C'est l'histoire que livre le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR).

D'abord seul employé de sa petite entreprise, il obtient une subvention de l'UNHCR qui lui permet d'acheter sa première machine à coudre. "Ça m’a donné un sacré coup de pouce. Petit à petit, les choses se sont améliorées. Aujourd’hui, j’ai quatre employés marocains", raconte-t-il dans ce témoignage.

"Ce n’est pas de zéro que je suis parti, mais de moins cent"

Un sens de l'entrepreneuriat qui lui a valu, en janvier dernier, de remporter le prix de l'Association marocaine d'appui à la promotion de la petite entreprise (AMAPPE). En recevant sa récompense, il déclare: "Je ne m'attendais pas à recevoir un prix. Je suis arrivé au Maroc les poches vides. Ce n’est pas de zéro que je suis parti, mais de moins cent".

Sa persévérance a fini par payer. "Chaque fois que j’ai eu des difficultés, je me suis dit de ne jamais baisser les bras, de continuer d’avancer la tête haute et de me relever chaque fois que je tombais. Finalement, c’est le bien-être de ma famille qui m’a motivé à continuer d’aller de l’avant", confie-t-il.

Le prix de l'AMAPPE récompense non seulement la réussite de Diyaa mais aussi son esprit solidaire. Lors de son évaluation, cette association a relevé, en effet, que Diyaa "non seulement employait de jeunes Marocains issus d’un quartier pauvre, mais qu’il aidait aussi des Syriens à établir un autre atelier de cordonnerie non loin de là", indique le HCR dans ce témoignage.

Son rêve, aujourd'hui, est de retrouver son pays. "Les Marocains sont très hospitaliers et accueillent les Syriens dans leur pays les bras ouverts", dit-il, avant de reconnaître qu' "on n’est jamais aussi bien que chez soi".

Selon les chiffres de l'UNHCR, depuis le début de la crise syrienne, il y a 6 ans, 6 millions de syriens ont dû quitter leur foyer. 5 millions d'entre eux ont pris le chemin de l'exil pour l'étranger. Le Maroc en accueille environ 3.500.

LIRE AUSSI: