Au Maroc, "En Marche!" se mobilise contre l'abstention

Publication: Mis à jour:
EN MARCHE
M'jid El Guerrab, co-organisateur de la marche contre l'abstention. | En Marche Casablanca
Imprimer

POLITIQUE - Dimanche 23 avril, les Français ont voté pour le premier tour des présidentielles françaises. Emmanuel Macron, du parti En Marche! et Marine Le Pen, du Front National, sont sortis gagnants avec respectivement 24,01% et 21,30% des voix. Au Maroc, Emmanuel Macron a obtenu 31,6% des voix contre 4,%1 pour Marine Le Pen. Mais ce premier tour a surtout montré une forte abstention chez les électeurs installés au Maroc. Une abstention qui a atteint 46,8% cette année.

Pour rassembler plus d'électeurs au second tour, qui aura lieu le 7 mai, le comité "En Marche ! Maroc" a lancé la #Proc'Mobile sur les routes du Maroc. Plusieurs bénévoles du mouvement africain iront à la rencontre des électeurs qui ne peuvent pas voter. "Notre équipe de bénévole ira dans les grandes villes du Maroc pour les inciter à voter. Le but est de leur faciliter la démarche en les aidant à réaliser une procuration. On leur trouvera un mandataire, à travers la plateforme En Marche! qui recense tous les électeurs du mouvement", explique au HuffPost Maroc Jaoued Boussakouran, représentant du mouvement à Casablanca.

en marche

Partie de Rabat jeudi 27 avril, la #Proc'Mobile s'est arrêtée à Kénitra. Ce vendredi 28 avril, jusqu'à 13h30, elle sera à Tanger puis terminera la journée à Meknès de 17h à 19h. Elle continuera ensuite sa route jusqu'au jeudi 4 mai, passant par Fès, Casablanca, Dar Bouazza, Agadir, Essaouira et Marrakech. Une permanence est aussi ouverte à Casablanca, au 131 boulevard d’Anfa.

Deuxième tour: le risque d'abstention est élevé

En France, le risque d'abstention au second tour se fait de plus en plus sentir. De nombreux hommes politiques ont préféré ne pas donner de consignes de vote, à l'instar de Jean-Luc Mélenchon. Les résultats du premier tour ont aussi déçu de nombreux Français. Beaucoup voteront pour Emmanuel Macron à contre-coeur, pour faire barrage au Front National, comme pour l'élection présidentielle de 2002 qui avait opposé Jean-Marie Le Pen et Jacques Chirac

Mais les électeurs de François Fillon, Jean-Luc Mélenchon ou encore Benoît Hamon sont nombreux à ne pas vouloir choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Jeudi 27 avril, dans de nombreuses villes de France, les jeunes Français ont investi les rues pour manifester contre l'affiche du second tour des présidentielles.

Rien n'est donc gagné pour celui qui est sorti vainqueur du premier tour des élections. Marine Le Pen et le Front National n'ont jamais été aussi proches de la présidence. L'abstention des Français pourrait jouer en sa faveur. Car, comme le souligne le comédien français Philippe Torreton dans une tribune publiée sur L'Obs, "Se taire, c'est voter Le Pen. Appeler à l'abstention, c'est voter Le Pen. Appeler à voter blanc, c'est voter Le Pen. Ne pas donner de consigne de vote, c'est voter Le Pen. Ne pas dire que l'on va voter Macron, c'est voter Le Pen."

LIRE AUSSI: