Développement économique: Les recommandations de la Banque mondiale

Publication: Mis à jour:
UNKNOWN10
DR
Imprimer

INVESTISSEMENT - C’est l’un des points qui polluent l’environnement des affaires et auxquels le nouveau gouvernement doit s’attaquer au plus vite. Les arriérés de paiement continuent de plomber les entreprises, poussant pas moins de 3.800 d'entre elles à mettre la clé sous la porte entre novembre 2016 et février 2017. Le mémorandum de la Banque mondiale, qui sera publié le 15 mai prochain, exhorte justement l’État à régulariser sa situation afin de ne pas pénaliser la trésorerie des entreprises.

L’autre défi que le Maroc est appelé à relever concerne la lutte contre la concurrence déloyale. La Banque mondiale insiste sur la lutte contre les rentes à travers le renforcement de l’autonomie des pouvoirs des autorités de régulation. Elle vise surtout la rente foncière qui favorise la pénurie artificielle des terrains publics et en augmente la valeur.

L’opacité des procédures d’attribution de terrains est d’ailleurs souvent pointée par les investisseurs. D’où l’appel à améliorer le coût et l’accès au foncier industriel en clarifiant et en allégeant la réglementation. Pour plus de transparence, la Banque mondiale plaide pour la planification de l’offre.

L’institution de Breton Woods veut limiter les prérogatives des pouvoirs publics. En effet, l’Etat est appelé à recentrer son action sur son périmètre strictement public. Or, la politique menée par le Maroc privilégie plutôt le partenariat public-privé. Toutefois, la Banque mondiale estime que l’Etat doit reconsidérer ses interventions à favoriser l’investissement à travers la mise en place d’incitations fiscales et le développement de zones franches.

Intégration internationale

La Banque mondiale suggère plusieurs mesures pour renforcer l’intégration internationale du Maroc. Elle recommande la réduction des barrières commerciales tarifaires et non-tarifaires. L’idée est de réduire le nombre de lignes tarifaires pour lesquelles les taux appliqués continuent à dépasser les consolidations du Maroc à l’OMC. Cependant, la douane doit appliquer les mêmes droits de douane à tous les partenaires.

Le renforcement du positionnement du Maroc à l’échelle internationale passe aussi par la réforme du régime d’investissement. Sur ce point, la Banque mondiale recommande la suppression de certaines restrictions concernant la participation étrangère aux fonds propres dans certains secteurs comme le transport. Cela ne devrait pas se faire au détriment des acteurs locaux. En effet, "les incitations adoptées pour attirer les investisseurs étrangers ne doivent pas être un frein à l’intégration locale", précise t-on.

LIRE AUSSI: