À Rabat, le festival Jidar investit le skatepark de la corniche

Publication: Mis à jour:
Imprimer

STREET ART - À l'occasion du Festival Jidar, qui se déroule à Rabat du 21 au 30 avril, le nouveau skatepark de la corniche a changé d'apparence. Du jaune, du bleu, du rouge, des rayures, des cercles et des triangles se côtoient avec aisance et cohérence pour donner vie à l'imagination d'Antonyo Marest, le street-artiste espagnol qui dirige le projet.

Une collaboration maroco-espagnole

Ce projet collectif a donné l'occasion pour les street artistes de faire des rencontres, et d'échanger, tout en travaillant ensemble, comme nous l'explique Mohamed Rochdi, le coordinateur du projet. "Pour moi, le street art consiste à rapprocher les gens de l'art. Ils sortent et découvrent de grandes fresques réalisées par des artistes internationaux. Cela contribue à éduquer le goût pour la culture et à mettre les gens en contact avec l'art, autrement que par les expositions présentées dans des galeries ou des musées."

street art

Mohamed Rochdi (debout) et Antonyo Marest en plein travail sur la corniche de Rabat

C'est donc aux côtés d'une petite dizaine d'artistes semi-professionnels marocains qu'Antonyo, son assistant Javier, et Mohamed mènent à bien ce projet qui devrait s'achever le week-end prochain.

Les artistes marocains vus par un artiste espagnol

street art antonyo marest

Interviewé par le HuffPost Maroc, Antonyo Marest ne tarit pas d'éloges sur les jeunes artistes avec qui il travaille sur ce projet. "Ce sont des personnes particulièrement merveilleuses qui ont envie de travailler et d'apprendre le déroulement d'un si grand projet. Mais, ici, j'ai remarqué que la vie de street artiste était plus dure qu'en Espagne. Par exemple, j'ai constaté que les sprays coûtent deux à trois fois plus chers au Maroc qu'en Espagne".

Antonyo Marest encourage "les écoles d'arts à soutenir d'avantage les jeunes artistes, notamment sur le plan financier", et espère que d'autres événements marcheront sur les pas de Jidar pour que ces artistes puissent "continuer à s'exprimer".

street art antonyo marest

Pour localiser chacun des 12 projets de cette édition 2017 du Festival Jidar, cliquez ici.

LIRE AUSSI: