SOS- Programme de renforcement familial: "Prévenir les enfants de l'abandon et conserver la chaleur familiale est notre devoir," annonce Malika Hezzi

Publication: Mis à jour:
TUNISIA SCHOOL
TO GO WITH AFP STORY BY INES BEL AIBA - Tunisian children carry their schoolbags as they are heading to school in the impoverished village of Daouar Slatniya which lies at the bottom of the Mount Mghilla on December 15, 2015 between Kasserine (some 360 kilometres south of Tunis) and the central town of Sidi Bouzid. AFP PHOTO / FETHI BELAID / AFP / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

La pauvreté chronique, la violence et l'accès difficile aux services de base exercent tous une pression sur les familles en termes de prise en charge et de protection de leurs enfants. Face à ces défis complexes, elles se trouvent parfois confrontées à des difficultés considérables pour s'occuper de leurs enfants. De ce fait, le nombre d'enfants vulnérables à une séparation et le risque d'abondance augmentent.

Pour limiter ce fléau, différents programmes et stratégies ont été adoptés dont le programme de renforcement familial, mené par le village d'enfants SOS-Tunisie. Pour en savoir plus sur ce programme, HuffPost Tunisie est allé à la rencontre de Malika Hezzi, coordinatrice nationale des programmes de renforcement de la Famille (RF) et Bessem Hadj Mohamed, chargé du programme RF Village Gammarth .

"Créé en 2006, ce programme s'adresse aux enfants dont les parents ne peuvent pas assurer l’éducation et les soins quotidiens du fait d’une grande précarité," a expliqué Mme Hezzi. Elle a précisé que ce programme est destiné particulièrement aux familles monoparentales, nombreuses et celles qui souffrent d'une difficultés financières.

"Près de 800 enfants sont pris en charge par ce programme au niveau des quatre sites de SOS Village à savoir à Gammarth, Siliana, Akouda et Mahres, soit 200 enfants par site" a révélé la responsable. "C'est à peu près 300 familles qui bénéficient de ce programme", a-t-elle précisé en ajoutant que d'ici fin 2017, ce programme tablera 1000 familles.

En effet, ce programme se base sur un plan de développement de la famille (PDF). "C'est une sorte de pacte, un contrat annuellement renouvelable et d'une durée moyenne de cinq ans", a fait savoir la responsable. Une charte sera établie entre les deux parties où une liste d'objectifs seront fixés.

"L'association s'engage auprès de la famille en question une relation contractuelle lui permettant d'améliorer sa situation et préserver les enfants en voie de marginalisation et d'abondance," a-t-elle expliqué.

Concernant les moyens d'action, Mme Hezzi a noté que les prestations se focalisent sur la satisfaction des besoins essentiels d'ordre médical, nutritionnel et éducatif, le renforcement des capacités par des séances de sensibilisation et le recours au divertissement et au loisir.

"Des séances de sensibilisation et des ateliers de formation sont programmées chaque année," a fait savoir le chargé du programme au grand Tunis. "L'année dernière quatre familles relatives au site de Gammarth ont bénéficié d'une formation de 10 mois en coiffure et ont eu leur diplôme," a-t-il poursuivi. Pour mieux soutenir ces familles nécessiteuses, des actions et des workshops relatifs à l'assistance maternelle et à la sensibilisation de la famille sont régulièrement organisés. "On ne rate aucune occasion pour former ces familles," a-t-il martelé.

atelier prf

L'association fait, également, participer les enfants à des kermesses et des sorties pour les divertir. "Des excursions sont programmées durant les vacances", a-t-il noté.

excursion

La particularité de ce programme est, par ailleurs, la mise en place de projets d'activités génératrices de revenus. L'association offre la possibilité à ces familles d'être autonomes financement en les aidant à monter leur propres projets. "Ce sont des petits projets dont la valeur varie entre 3 à 5 mille dinars," a-t-elle précisé en ajoutant que "c'est une sorte de micro-crédit remboursable, une fois le projet est mis sur pied. "Notre but est de mettre en oeuvre tous les moyens de bord pour que la famille soit capable de satisfaire ses besoins," a souligné Mme Hezzi. "Même les matériaux, la marchandise et tout ce qui est nécessaire pour le lancement du projet est procuré par notre association," a répliqué M. Hadj Mohamed. "On ne donne pas d'argent liquide en main, mais on s'engage à tout préparer même les cartes visite . Ils n'ont qu'à s'engager et travailler," a-t-il ajouté.

Environ 80 petits projets ont été lancés dont notamment des petits commerces, des fasts-food et des projets d'élevage de volailles et du bétail. "60% de ces projets ont réussi," a confié la responsable.

C'est à travers ce programme promoteur, que l'association SOS Village d'enfants Tunisie tend à protéger l'enfance de l'abandon et à renforcer l'unité de la famille. Procurer les moyens allant des besoins de première nécessité au lancement des projets est une lueur d'espoir capable de redonner un nouvel élan à ces enfants et de leur créer un avenir meilleur.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.