Mort de Mouhcine Fikri: Sept accusés écopent de 5 à 8 mois de prison ferme

Publication: Mis à jour:
AL HOCEIMA
Mort de Mouhcine Fikri: Sept accusés écopent de 5 à 8 mois de prison ferme | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

JUSTICE - Six mois après la mort de Mouhcine Fikri à Al Hoceima, la justice a rendu son verdict. La Chambre criminelle de premier degré de la Cour d'appel d'Al Hoceima a prononcé, mercredi 26 avril, des peines allant de 5 à 8 mois de prison ferme à l’encontre de sept accusés dans l'affaire du décès du vendeur de poissons. Quatre autres personnes ont été acquittées.

Le parquet a fait appel de ce jugement qui condamne également les sept mis en cause à payer une amende de 500 dirhams, a indiqué le procureur général du roi dans un communiqué. Certains accusés ont vu leurs chefs d’accusation passer de la falsification d’écrits publics à l'émission d'une attestation administrative faisant état de faits inexacts, a-t-il précisé. Sur la requête civile secondaire, le tribunal a donné droit aux parents du défunt à une indemnisation civile.

La cour avait débuté mardi l’examen de l’affaire lors d’une séance publique qui s’est poursuivie mercredi, en présence notamment de la défense des accusés et de la partie civile. Pendant la séance, les pièces à conviction (images et vidéos) ont été présentées et les témoins ont été auditionnés.

Mouhcine Fikri est décédé le 28 octobre dernier, écrasé dans une benne à ordures après avoir tenté de récupérer sa marchandise confisquée par la police. L'affaire a provoqué une vague de manifestations dans la province d'Al Hoceima.

Les revendications ont largement dépassé le cas de Mouhcine Fikri. Les manifestants réclament davantage de droits sociaux, la fin de la "hogra", mais font également entendre leurs velléités séparatistes. Pour tenter d'apaiser les esprits, le nouveau ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit s'est rendu début avril à Al Hoceima, promettant la mise en oeuvre de nombreux projets de développement pour la région.

LIRE AUSSI: