Chine: Au Xinjiang, "Mohammed" et d'autre prénoms musulmans bannis

Publication: Mis à jour:
XINJIANG MUSLIMS 2014
Chine: A Xinjiang, "Mohamed" et d'autre prénoms musulmans bannis | Aly Song / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - Dans la province chinoise de Xinjiang, les prénoms musulmans ne sont pas appréciés par les autorités locales. Une douzaine d'entre eux ont été bannis pour les nouveaux nés de cette région, pourtant habité par une majorité musulmane.

Les musulmans de Xinjiang ne pourront désormais plus appeler leurs enfants Mohamed, Jihad, Coran, Saddam, Medina ou encore Arafat.

"Nous avons reçu un avis des autorités municipales selon lequel tous ceux qui sont nés au Xinjiang ne peuvent plus avoir des noms excessivement religieux ou séparatistes", a déclaré un responsable de la sécurité publique à Urumqi, capitale du Xinjiang, cité par le Financial Times.

Les familles qui refuseront d'appliquer cette nouvelle règle se verront privées de "hukou", un document d'identification essentiel nécessaire à l'accès à l'éducation, aux prestations sociales et à l'emploi.

Discrimination

Pour les musulmans du Xinjiang, ces nouvelles restrictions codifient la discrimination ethnique et l'islamophobie auxquelles ils sont déjà confrontés. "Lorsque nous voyageons à l'intérieur de la terre, ils voient nos noms musulmans sur nos cartes d'identité et ne nous laissent pas loger dans des hôtels ou louer des appartements", regrette un Mongol qui habite dans le nord du Xinjiang.

La province de Xinjiang, située dans l'ouest de la Chine, est habitée à 50% par des Ouïghours, une minorité ethnique turcophone et musulmane.

Fin mars dernier, quinze nouvelles règles censés "combattre le radicalisme" ont été imposées par le gouvernement chinois pour les résidants musulmans de cette province. Elles vont de la forme de la barbe qui ne doit pas être "trop longue" à la désignation de ce qui est halal, en passant par le voile qui ne doit pas être trop couvrant ou encore par l'obligation de regarder la télévision d'État.

LIRE AUSSI: