Manifestations à Al Hoceima: Ilyas El Omari impute la responsabilité au gouvernement

Publication: Mis à jour:
EL OMARI
pam.ma
Imprimer

OPINION - "L’origine des manifestations à Al Hoceïma est simple: les gens qui passaient leurs journées dans les cafés à ne rien faire ont investi la rue". Cet argument simpliste est celui de Ilyas El Omari, qui s’est confié dans une interview à nos confrères de Jeune Afrique sur la situation dans la capitale du Rif. À en croire El Omari, le chômage et l'oisiveté suffit à justifier les actes de vandalismes survenus à Al Hoceima en mars dernier.

Toutefois, le président de la région n’écarte pas la possibilité que la rébellion soit téléguidée de l’étranger.

À la question de Jeune Afrique s'interrogeant sur la position des autorités marocaines indiquant que cette rébellion est téléguidée de l’étranger, Ilyas El Omari déclare: "En tant qu’élu, je ne peux pas vous dire si cela est vrai ou non. Si elles ont des preuves, il faut qu’elles passent à l’action. Si elles ont des soupçons sur quelqu’un, qu’elles aillent au tribunal".

Une chose est sûre pour le patron du Parti authenticité et modernité (PAM): "Le gouvernement est responsable de ce qui se passe". Ilyas El Omari prévient que la situation restera précaire si le problème du chômage des jeunes n’est pas résolu.

Le secrétaire général du PAM reproche à l’administration de marginaliser les jeunes rifains. "La fonction publique leur est inaccessible, à cause du système des concours nationaux qu’organise chaque année l’administration. Ceux qui réussissent sont généralement issus des villes du centre du Maroc, parce qu’ils ont un meilleur niveau d’éducation", ajoute t-il. El Omari explique ce faible niveau des jeunes de sa région par l’absence d’écoles privées à Al Hoceïma.

Pour augmenter les chances des candidats issus de la région d’accéder à la fonction publique, il propose à l’administration d’organiser les concours de recrutement au niveau local.

LIRE AUSSI: