Le projet de loi de finances 2017 au menu du Conseil de gouvernement

Publication: Mis à jour:
EL OTHMANI
AIC Press
Imprimer

PRÉVISIONS - Saad Eddine El Othmani ne veut pas perdre de temps. Il a convoqué ses ministres pour un Conseil de gouvernement, demain jeudi. Au programme, la présentation du projet de loi de finances (PLF) 2017. C’est la même mouture déposée au Parlement par l’équipe sortante en octobre dernier qui sera présentée. Le jour même, le ministre de l’Économie et des finances pourrait réserver l’hémicycle pour y exposer les grands axes du texte.

Voici les principales mesures du projet de Budget 2017.

Investissements

Le projet de loi de finances repose sur quatre hypothèses, à savoir, un taux de croissance de 4,5%, un déficit budgétaire de 3% du PIB, un cours moyen du gaz butane de 350 dollars/tonne, ainsi qu'une inflation limitée à 1,7%.

Il mobilise une enveloppe de 190 milliards de dirhams comme volume total des investissements publics qui incluent les établissements publics, l'administration publique et les collectivités territoriales.

Incitations fiscales

Le projet de budget comprend nombre de mesures destinées à encourager l'investissement privé et l’entreprise. En tête, l’exonération de l’impôt sur société durant cinq ans pour les entreprises industrielles nouvellement créées.

Il prévoit aussi l’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée pendant 36 mois pour les entreprises lançant de nouveaux projets dans le cadre des accords d’investissement avec un montant dépassant 100 millions de dirhams.

Stratégies sectorielles

Le rythme de l’investissement public devrait être maintenu, comme prévu d'ailleurs par le programme gouvernemental. Ainsi, le PLF 2017 consacre un montant de 8,9 milliards de DH au Plan Maroc Vert, 3,7 milliards au Plan d’accélération industrielle et 11,7 milliards de DH pour les énergies renouvelables.

Emploi

Le PLF 2017 entend, dans le cadre des mesures de promotion de l’emploi, du soutien de la recherche et de la créativité, l’exonération permanente de l’impôt sur le revenu pour une indemnité de stage plafonnée à 6.000 DH en vue de promouvoir l'emploi des jeunes diplômés.

Il est également prévu de booster la dynamique de l’auto-entrepreneuriat, qui compte plus de 30.000 auto-entrepreneurs déclarés, et à promouvoir la création et l’accompagnement des start-up en octroyant une enveloppe de 500 millions de DH. L'objectif final est de créer 23.168 postes d'emploi.

LIRE AUSSI: