Azer Kassab, le "dog whisperer" tunisien selon la télévision chinoise

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Le média international, China Global Television Network (CGTN) a publié sur sa chaine Youtube le 26 avril, une vidéo sur un concours de beauté canin organisé annuellement en Tunisie. Un des dresseur, Azer Kassab est même appelé "dog whisperer", l'homme qui murmurait à l'oreille des chiens.

A l'événement organisé à Sidi Thabet, les dresseurs "viennent de toutes les villes de Tunisie pour montrer les talents de leurs chiens" affirme le reportage. Mais si le concours canin est l'attraction principale, la chaine se focalise sur Azer Kassab, dresseur de chiens, appelé "le comportementaliste des animaux".

Parlant aux animaux dans différentes langues, il est l'un des principaux défenseurs de la cause animale: "On dit que le chien est à l'image de son maître, mais ils ont différents caractères et ne peuvent pas tous être entrainés de la même façon" affirme Azer.

Revenant sur le surnom de "dog whisperer", il indique les écouter quand ils lui parlent: "On doit 'lire' les chiens comme les être humains, sans violence. Sinon ils peuvent devenir agressifs".

Le vainqueur du concours est une femelle Doberman âgée de 2 ans, qui a été adoptée par Azer et un ami à lui Jamil Jbiss par leur association de protection des chiens errants qui donne une seconde chance à des animaux la plupart du temps maltraités: "Elle était faible, instable psychologiquement. Les chiens forts ont généralement une mauvaise réputation et sont souvent maltraités" raconte Jamil.

"Notre rôle en tant qu'association est de fournir de la nourriture, un abri et les soins basiques aux chiens qu'on recueille et de leur trouver une famille d'accueil" affirme Jamil.

Chaque année, des milliers de chiens errants sont abattus par les municipalités. Rien que pour la seule journée du 19 septembre 2015, la police municipale de Tunis avait annoncé l'abattage de 534 chiens.

Depuis plusieurs mois, une campagne appelant à arrêter l'abattage des chiens errants prend de l'ampleur en Tunisie.

Intervenant sur les ondes de la radio Express FM, le maire de Tunis Seifallah Lasram a promis la mise en place d'un programme de castration pour octobre 2017 indiquant que "la castration ne réglera pas le problème,mais elle aidera à empêcher l'augmentation de la fécondité des chiens" avant d'ajouter: "Une fois les chiens castrés, ils retourneront dans la rue. Médicalement, ils ne seront plus agressifs et ne pourront plus se reproduire".

Si cette pratique est revendiquée par la police municipale pour empêcher les animaux errants de s'attaquer aux passants, plusieurs associations pour la défense des animaux sont montées au front s'indignant de cette pratique "barbare et inefficace".

En mai dernier, plusieurs personnalités tunisiennes avaient protesté contre l'abattage des chiens errants fustigeant les autorités pour cette solution "de facilité". Une pétition en ligne demandant le boycott du tourisme en Tunisie tant que l'abattage des chiens errants été pratiqué a même été relayé.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.