Après avoir vu "Tampon, notre ennemi intime" sur France 5, vous hésiterez beaucoup à utiliser des tampons

Publication: Mis à jour:
Imprimer

A quel point faut-il s'inquiéter de la composition des tampons hygiéniques? Beaucoup, selon l'enquête de France 5 diffusée ce mardi 25 avril intitulée "Tampon, notre ennemi intime".

Ce documentaire, réalisé par la journaliste Audrey Gloaguen, n'y va pas pas quatre chemins: l'utilisation de tampons peut être mortelle. En témoignent les histoires de Margaux, 23 ans et Justine, 26 ans, qui ont toutes deux failli mourir à cause du produit hygiénique alors qu'elles étaient en parfaite santé.

La raison? Un choc toxique dont les symptômes leur ont d'abord évoqué une banale gastro-entérite: vomissements, épuisement, fièvre soudaine... Puis une éruption cutanée ressemblant à un coup de soleil. Direction le médecin, qui les redirige rapidement vers les urgences. Ici, panique à bord, personne ne comprend de quoi elles souffrent. Petit à petit, leurs organes cessent de fonctionner.

Toutes les deux ont eu de la chance et ont survécu. Les médecins français s'inquiétaient fin 2016 de la hausse des chocs toxiques liés aux tampons hygiéniques: jusqu'à 22 cas ont été déclarés en 2014.

Le choc toxique peut potentiellement toucher 1% des femmes, celles qui sont porteuses du staphylocoque doré (Staphylococcus aureus). Avec un tampon, "le fluide menstruel est bloqué, il va rester au chaud. C'est donc un milieu de culture formidable et s'il y a cette fameuse bactérie, elle va se mettre à produire une toxine (TSST-1) qui va passer dans le sang", expliquait le professeur Gérard Lina (très présent dans ce documentaire) lors d'une conférence de presse le mercredi 19 octobre.

Problème: pour comprendre comment se développe un choc toxique, il faudrait connaître la composition des tampons. Et c'est là que le bât blesse.

En février 2016, une jeune femme française, Mélanie Doerflinger, a lancé une pétition, signée par près de 260.000 personnes, pour que Tampax dévoile la composition de ses tampons. Depuis, la marque a annoncé indiquer ce que contiennent les tampons d'ici le printemps 2017... mais il ne s'agira probablement pas d'une liste exhaustive.

En attendant, les journalistes de France 5 ont mené leur propre enquête et les résultats sont alarmants. Parmi les composants dangereux pour la santé on retrouve en effet des dioxines (classées cancérogène par l'OMS) ou encore des phtalates (perturbateurs endocriniens). Une enquête de "60 millions de consommateurs" dévoilée en février 2016 montrait également la présence de pesticides dans certains produits hygiéniques. Selon le documentaire de France 5, la liste serait encore bien plus longue, trop pour être détaillée dans un seul film.

Suite à la pétition de Mélanie Doerflinger, le ministère de la Santé et le secrétariat d'Etat à la consommation ont commandé des analyses transmises à l'Anses.

Ce documentaire accélérera-t-il le processus? Toujours est-il qu'il montre que, dans le monde entier, des spécialiste, même s'ils sont encore rares, se penchent de plus en plus sur la question et comptent bien faire en sorte que ce produit d'émancipation ne soit pas un produit dont toutes les femmes devraient se méfier.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.