Medi1 TV tente d'atténuer la polémique suite à la suspension de Soumia Dghoughi

Publication: Mis à jour:
9IUP7YPC
Twitter
Imprimer

MEDIAS - Dimanche 23 avril, la chaîne d'information marocaine Medi1 TV a annoncé par le biais d'un communiqué la suspension d'une de ses journalistes, Soumia Dghoughi, pour avoir, au cours de l'émission "Afrique-Soir", utilisé le terme de "Sahara occidental" au lieu de Sahara marocain.

Une suspension qui a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux et dans les médias.

La principale intéressée a déclaré à nos confrères du 360.ma "avoir appris sa suspension par le biais de ce communiqué". "Avant le communiqué, personne ne m’a appelée, ni convoquée et je n’ai reçu aucun avertissement", précise cette dernière au site d'information. Selon la même source, la journaliste souligne également qu’elle "préfère attendre un peu avant d’agir et qu’elle a bel et bien l’intention de faire des révélations sur les conditions de travail au sein de la chaîne basée à Tanger".

Le directeur central des rédactions de la chaîne, Omar Dahbi, a diffusé ce lundi un nouveau communiqué, repris par La Vie éco, pour donner plus de précisions sur cette affaire: "Je tiens à préciser qu’il n’y a pas eu de sanction à l’encontre de Mme Soumia Dghoughi. Il y a eu une suspension de la présentation de la tranche d’information "Afrique-Soir" le temps de mener un audit interne pour déterminer les circonstances dans lesquelles cette erreur a été commise sur antenne".

Le communiqué explique aussi que l'erreur serait due au surmenage de la journaliste: "Mme Dghoughi a personnellement indiqué que le contexte de surcharge et de la pression du travail sont des éléments qui ont participé à cette erreur d’inattention. Certes, Mme Dghoughi ayant elle-même rédigé le texte concerné assume clairement une part de la responsabilité, mais, comme elle l’a invoqué, elle-même, le travail sous pression pendant les jours ayant précédé le lancement et les jours qui ont suivi auraient conduit à ce qu’une telle erreur ait pu avoir lieu".

Omar Dahbi tente également par le même biais de clarifier les raisons exactes de cette suspension: "il ne s’agit pas seulement d’avoir qualifié le Sahara de "occidental" au lieu de "marocain". Le fait est que toute une phrase parlant de "cause indépendantiste au Sahara occidental" a été attribuée expressément au ministère marocain des Affaires étrangères. Professionnellement, il est inacceptable de commettre une telle erreur. Cependant, à aucun moment, et aucun responsable hiérarchique de la chaîne n’a mis en doute l’attachement de Mme Dghoughi aux valeurs de la nation marocaine dont l’intégrité territoriale du royaume."

LIRE AUSSI: Après sa bourde sur le Sahara, Maroc Hebdo publie une nouvelle version de son dernier numéro