Le pétrole rebondit, l'Opep rassure les marchés

Publication: Mis à jour:
OPEC
Oil drums on US dollars background | Zhenikeyev via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole remontaient lundi en cours d'échanges européens, l'Opep s'évertuant à rassurer des marchés inquiets de la hausse apparemment inexorable de la production de schiste américain.

Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 52,39 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 43 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 44 cents à 50,06 dollars.

Les cours de l'or noir rebondissaient après avoir atteint vendredi leur plus bas en un mois, à 51,57 dollars pour le Brent et à 49,20 dollars pour le WTI, les prix ayant plongés en semaine alors que le Département américain de l'Energie (DoE) a revu à la hausse ses prévisions de production.

Alors que le risque d'une surproduction mondiale pèse sur le moral des investisseurs, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, qui limitent leur production depuis le début de l'année, tentent de rassurer les marchés.

"Les cours ont regagné du terrain grâce au comité technique de l'Opep, qui a recommandé une extension de six mois de l'accord", ont commenté les analystes de JBC Energy.

Le comité technique, mis en place pour observer les baisses de production des pays participants et estimer si ces efforts conduisent à la baisse des réserves mondiales souhaitées, n'a pas de pouvoir décisionnaire.

"Si l'Opep renouvelle son accord, les réserves des pays de l'OCDE devraient retrouver leur moyenne sur cinq ans au deuxième semestre de l'année", ont commenté les analystes de Société Générale.

Ces derniers continuent de miser sur une hausse des prix à moyen terme, un renouvellement de l'accord compensant selon eux la hausse de production américaine, où les pétroliers américains ont relancé leurs coûteuses exploitations de pétrole non conventionnel.

"Selon le décompte de (l'entreprise privée) Baker Hughes, le nombre de puits en activité aux Etats-Unis a augmenté pour la quatorzième semaine consécutive, et est désormais à un plus haut en deux ans", a commenté Michael van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

Le renouvellement de l'accord devrait être débattu lors de la prochaine réunion de l'Opep, qui se tiendra fin mai à Vienne.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.