Évasion ou El Harba de Aziz Jebali: Une comédie pleine de bonheur

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Si vous cherchez le bonheur, il se peut que vous le trouviez à El Teatro, Mechtel. Prenez votre souffle, les fous rires peuvent être incessants.

"Évasion" ou "El Harba" est la pièce de théâtre toute fraîche sortie des pensées du jeune Aziz Jebali.

Au delà du 2ème degré, son humour absurde à se fendre la pêche illustre sa vision. Et cache subtilement une critique de la société tunisienne ou "tunisification", comme il l'appelle.

La question dominante est liée au bonheur.
Le bonheur tel qu'il est perçu par chaque personnage et qui se colle parfaitement à l'image du système classique que la société impose dans les différents milieux, mariage, carrière, gosses...

Et c'est dans une ambiance à la Frankenstein que son spectacle commence. Le narrateur, un savant fou, présente sa thèse: "Chers amis et collègues, je suis le responsable du développement de la terre 2.0"

Loin du politiquement correct, il exprime son ras le bol de la société, de la connerie humaine et décide de façonner un monde à sa guise, et d'y emmener les humains, après leur avoir fait subir des modifications sur leurs cerveaux.

Pour appuyer sa thèse, il invite ses sujets qui n'ont pas encore subi ses opérations douteuses.

L'obsession des sujets à l'égard du bonheur fait face à son obsession de la Terre 2.0, sans connerie humaine, sans "bleda w rkeka". La bataille est dynamique, drôle, musique et danse l'accompagnent.

Dans la peau de 8 personnages

Aux caractères farfelus, les sujets s'invitent tour à tour devant l'auditoire, ils se lâchent et déroutent le savant fou, le rendent furieux et encore plus frénétique que jamais.

8 personnages en tout, Aziz se faufile derrière le décor pour se changer. 10 secondes et un accessoire suffisent pour ne plus le reconnaitre.

Pas de temps perdu, si le comédien est derrière pour se changer, c'est sur un écran qu'on voit un pré-enregistrement du savant fou, qui intervient après chaque passage de ses sujets.

A son retour, sa voix change et ses mimiques la suivent. On pourrait presque oublier que c'est la même personne qui joue les différents personnages, qui arrivent même à discuter entre eux.

Tantôt touchantes, tantôt piquantes, toujours plaisantes, les histoires finissent par s'assembler, et on prend goût aux "plot twists" qui maintiennent la surprise tout le long.

"Si vous attendez un message, cette pièce n'en a pas!" conclut-il en fixant d'un regard résolu le public présent.

25 ans, 6 ans de cours de théâtre, et des participations dans des pièces comme "Kheloua 2", "Évasion" s'inscrit comme la première pièce, entièrement écrite et jouée par Aziz Jebali.

"Il est où le bonheur?" S'était-il demandé (en écoutant un jour la chanson de Christophe Maé). Son inspiration fait TILT et il prend son stylo, imagine l'histoire et propose son texte à l'équipe, qui l'accompagnera plus tard pendant toute la procédure.

Produite donc à El Teatro, c'est Abdelhamid Bouchnak qui a accompagné le jeune Jebali dans la mise en scène, notamment par la vidéo et les effets visuels, il y apporte aussi son expérience et son humour qui s'apparente à celui de Aziz. Héla Ayed, directrice des acteurs, apporte une touche de profondeur à l'histoire.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.