Décompensation: El Othmani lève la subvention sur le sucre, la farine et le gaz butane

Publication: Mis à jour:
EL OTHMANI
Moroccan Prime Minister Saad Eddine el-Othmani arrives at the Moroccan Parliament in Rabat, Morocco April 19, 2017. REUTERS/Youssef Boudlal | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

PROTECTION - Le programme gouvernemental, présenté mercredi 19 avril devant le Parlement, comporte un cocktail de mesures dont la majorité s’inscrit dans la continuité du précédent gouvernement. Contrairement aux rumeurs qui ont circulé depuis la constitution de la nouvelle coalition gouvernementale, ce plan d'action fait la part belle aux mesures sociales. En effet, tout un axe a été consacré au développement humain et à la cohésion sociale.

Ainsi, les mesures sociales lancées par le gouvernement Benkirane seront maintenues, voire renforcées. Le Fonds d’appui à la cohésion sociale ne disparaitra pas. De même, le gouvernement s’engage à augmenter le nombre de bénéficiaires du fonds d’entraide familiale et celui des veuves bénéficiant de l’aide directe, tout en en simplifiant les critères d’éligibilité. L’équipe El Othmani promet aussi d’augmenter la valeur des allocations familiales.

Décompensation progressive

Saad Eddine El Othmani n’a pas renoncé à la réforme du système de compensation, lancée par son prédécesseur Abdelilah Benkirane. Il envisage de lever la subvention sur les produits qui restent, notamment la farine et le sucre. Bien que progressive, comme l'explique El Othmani, la décompensation promet de provoquer de nouveau un tollé dans le rang des centrales syndicales. Pour calmer les ardeurs, le chef du gouvernement a emprunté la même voie que son prédécesseur, indiquant que la décompensation de ces produits permettra d’injecter les dépenses économisées dans les politiques et programmes de développement social et d’appui aux couches les plus défavorisées.

L’accès au logement n’est pas non plus tombé aux oubliettes. Sur ce registre, le gouvernement table sur la production de 800.000 unités d’ici à 2021 pour réduire le déficit en logement. Sur le même volet, il est prévu de reloger 50% des bidonvillois dont le nombre est estimé à 120.000. Parallèlement, le nouveau gouvernement veut promouvoir l’habitat solidaire destiné à la location.

LIRE AUSSI: