Linde Gas Algérie réalisera prochainement une nouvelle unité de production de gaz de l'air

Publication: Mis à jour:
LINDE GAS
Leuna, GERMANY: FILES - A picture taken 30 May 2003 shows an employee of German engineering conglomerate Linde walking past the company's hydrogen plant in Leuna, eastern Germany. Linde said 06 March 2006 that it planned to buy British industrial gas group BOC in an 8.2-billion-pound deal that would make it the world's biggest industrial gas maker. AFP PHOTO DDP/JENS SCHLUETER GERMANY OUT (Photo credit should read JENS SCHLUETER/AFP/Getty Images) | JENS SCHLUETER via Getty Images
Imprimer

La société Linde Gas Algérie a lancé son projet de réalisation d’une nouvelle unité de production de gaz de l’air à Arzew, a-t-on annoncé lors d’un symposium sur l’investissement, organisé mercredi 19 avril 2017 à Oran.

Cet investissement, évalué à 30 millions d’euros, sera opérationnel à partir de 2019 et permettra de répondre aux besoins du marché national, indiquent les organisateurs de la rencontre.

Ce projet, a-t-on ajouté, s’inscrit dans la stratégie du gouvernement et du programme ambitieux de l'Algérie. Il vise à réduire les importations et la dépendance vis-à-vis de l’étranger, à développer et bâtir une économie nationale solide répondant à la demande du marché national en termes de quantité et de qualité.

Dans une déclaration à l’APS, le P-DG de Linde Gas Algérie, Pierre Chevalier, a indiqué que cette unité est conçue pour répondre à la demande croissante des clients tels que Sonatrach, GNL, Fertial, Sorfert et pour alimenter les hôpitaux et les différentes cliniques en oxygène médical.

La nouvelle unité de production de gaz de l’air produira 400 tonnes/jour de produits, en grande partie de l’azote, gaz très utilisé par tous les industriels de la zone industrielle d’Arzew. Linde Gas Algérie compte alimenter ces clients directement par pipes sur leurs sites de production, a expliqué Pierre Chevalier.

Le même responsable a rappelé que cet investissement se fait dans le cadre du partenariat de Linde Gas, signé avec l’Etat algérien en 2007. Toute la construction de la nouvelle unité sera réalisée par des entreprises algériennes et des salariés algériens et, en même temps, il y aura un véritable transfert de technologie a précisé le même responsable.

Pierre Chevalier a fait savoir que la société devra produire davantage de CO2, notamment pour les unités dessalement d’eau de mer, un gaz qui entre dans le processus de dessalement.

Par ailleurs, d’autres projets sont dans les tablettes de la société, a-t-il ajouté. "Nous voulons créer une autre unité de production de gaz de l’air dans le sud algérien, car nous avons l’intention d’exporter nos produits et pour cela nous sommes déjà présents à Hassi Messaoud et on voudrait aller encore plus loin, tout en restant du côté algérien, et ce, de façon à suivre le Développement de Sonatrach", a-t-il indiqué.

Sur le partenariat avec l’Algérie, Pierre Chevalier a estimé que c’est une opération fructueuse. "Nous avons investi, depuis 2007, quelque 13 milliards DA", a-t-il indiqué.

Linde Gas Algérie est une entreprise à capital mixte algéro-allemande, dont 34% des actions sont détenues par la société Algéria Chemical Specialities et 66 % par le partenaire allemand.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.