Huffpost Algeria mg

Nouvelles discussions algéro-américaines sur l'accord Tifa prévues le 24 avril à Alger

Publication: Mis à jour:
ACCORDCOMMERCIALEALGEROAMERICAIN_857840_679X417
DR
Imprimer

L’Algérie et les Etats-Unis tiendront le 24 avril à Alger la 5e session des discussions sur l’accord cadre sur le commerce et l’investissement (Tifa), a-t-on appris mercredi auprès de l’ambassade d’Algérie à Washington.

La délégation américaine sera conduite par M. Daniel Mullaney, assistant de l’USTR (Bureau du représentant américain au Commerce) en charge de l’Europe et du Moyen-Orient, selon la même source.

Au menu de cette rencontre figure l’examen de plusieurs dossiers économiques concernant le climat des affaires, l’accession de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l’accès des compagnies américaines au marché national.

Il est aussi question d’évoquer l’investissement dans les secteurs de l’agriculture et de l’industrie pharmaceutique ainsi que les moyens de renforcer la coopération économique entre les deux pays qui ont eu à se féliciter, par ailleurs, de la régularité des discussions sur cet accord.

"Le maintien de la périodicité de ces réunions est un élément d’appréciation de la qualité des relations entre l’Algérie et les Etats-Unis qui affirment leur volonté de poursuivre les consultations de manière à concourir à la promotion de leurs relations d’affaires", souligne-t-on de même source.

Lors de la quatrième session des discussions sur cet accord qui s’est tenue en 2016 à Washington, les Etats-Unis ont réitéré leur engagement à accompagner l’Algérie dans son processus d’adhésion à l’OMC. Signé en 2001 par les deux pays, l’accord Tifa vise à instaurer un dialogue économique annuel et à renforcer les relations d’affaires et le commerce entre les entreprises des deux pays.

En 2016, l’Algérie est devenue à nouveau éligible au Système généralisé de préférence américain (SGP), un dispositif facilitant aux pays bénéficiaires l’accès de leurs produits au marché américain en franchise de droits de douane.

Ce régime préférentiel, dont a bénéficié l’Algérie la première fois en 2004, concerne les produits manufacturés, les produits semi-finis et certains produits agricoles, de la pêche et de l’artisanat.

Cependant, très peu de produits algériens ont été placés sur le marché américain sous ce système tarifaire avantageux.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.