La vidéo sur IP, un problème pour les opérateurs télécoms

Publication: Mis à jour:
DR
DR
Imprimer

Le décollage de la vidéo sur IP est entrain de provoquer une véritable guerre entre opérateurs télécoms et les compagnies IT. Le partage équitable des revenus et le renouvellement de l’infrastructure des réseaux sont les principaux points de discorde.

En effet, la gratuité des services de la vidéo en ligne offerts par des sites comme Youtube et Facebook est à l’origine de la montée en charge de la bande passante. L’ensemble des opérateurs de télécoms déplorent la mainmise de ces nouveaux médias sur la valeur générée par la toile et dénoncent leurs positions dominantes indiquées par les milliards de dollars en recette publicitaire.

Les performances technologiques récentes relevées dans le domaine du codage ont baissé les prix des équipements vidéo et augmenté la productivité des "vidéonautes" dans le réseau des réseaux.

Ceci a engendré une explosion de consommation de vidéos en ligne. Cette guerre silencieuse a poussé Facebook et Microsoft à investir dans les supports de transmission à travers la construction d’un câble sous-marin qui reliera Hong Kong à Los Angeles. Long de 12.800 kilomètres, ce câble sera l'un des plus longs du monde, et le premier à relier directement deux continents.

La construction de ce câble va démarrer à la fin de l’année en cours et sa mise en service est prévue à l'été 2018. Baptisé "Pacific Light Cable Network", ce câble permettrait d'organiser en "full time" plus de 80 millions de vidéo-conférences en haute définition et en simultané entre Hong Kong et Los Angeles.

Selon les observateurs, la demande en contenu vidéo va quadrupler dans les trois années à venir, ce qui signifie que les opérateurs de télécoms vont engager d’énormes investissements dans leurs réseaux haut et très haut débit.

Quel est alors le modèle économique qui leur évitera de mettre seuls la main dans la poche ? Certains estiment que les sociétés de l’Internet doivent contribuer au financement des réseaux. Faux, répliquent d’autres qui pensent que c’est aux providers de le faire puisque ce sont eux qui vendent des accès haut débit et facturent les offres réseaux à leurs abonnés. D’autres experts dans l’économie des télécommunications, partisans du principe de la neutralité d’Internet, ne veulent plus que les grands Datacenters restent aux mains des sociétés américaines. Ils veulent garantir aux internautes un accès égal à tous les services ou contenus en ligne de leur choix, sans que le coût de leur accès soit dépendant du type du contenu visité. Le débat est loin d’être clos à ce sujet…

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.