Huffpost Algeria mg

Parution de Liberté chez El Watan: réprobation de la "solidarité de patrons" contre les travailleurs

Publication: Mis à jour:
LIBERT
Facebook/Syndicat de Liberté
Imprimer

Le recours au journal El Watan pour "contourner" la grève des travailleurs de Liberté ne passe pas. Le syndicat du quotidien en grève dénonce "cette première" malencontreuse qui sera retenue dans les annales de la presse comme le modus-operandi des patrons du secteur de la presse pour "briser les grèves des travailleurs".

Sous le titre "Parution du journal Liberté chez El Watan : la solidarité des patrons contre les droits des travailleurs", le journal du Front des forces socialistes dénonce, aussi, ce "précédent grave".

"Ces patrons de presse qui sont dans une "posture" de "démocrates", de "progressistes" et des "défenseurs des libertés" se révèlent dans leurs cruelles vérités: la solidarité des patrons prime sur tout", peut-on lire encore sur Le Lien, le journal du FFS.

Cette affaire de Liberté, qui se développe en une affaire "Lib-Watan" comme l'appelle la section syndicale de Liberté, est un "véritable manifeste de la presse d’un syndicalisme jaune" et mérite toute l’attention des militants des libertés et des droits sociaux".

Chez les internautes, le "coup de force" ne passe pas aussi. Les réseaux sociaux soulignent l'ampleur de cette "onde de choc" notamment chez les journalistes. Si nombre d’entre eux ne se prononcent pas sur la grève du personnel de Liberté, il est certain que la majorité réprouvent "la solution El Watan" pour briser la grève.

Certains ne vont pas de main morte et parlent franchement de "lâcheté".

Des journalistes évoquent aussi sur leurs pages Facebook le possible recours de la direction de Liberté à une société de gardiennage pour empêcher les syndicalistes d'accéder au siège du journal.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.