Entretien avec Assaad Bouab pour la première ce soir de la série "Dix pour cent"

Publication: Mis à jour:
10 POUR CENT
10 pour cent
Imprimer

TÉLÉVISION - Très attendue, la nouvelle saison de la série française "Dix pour cent" commence ce soir sur France 2, et sera diffusée à 20h55 heures (19h55, heure marocaine). Pour cette deuxième saison, Assaad Bouab a rejoint le casting et se place à la tête de l’agence présentée dans la série. L'acteur franco-marocain campe Hicham Janowski, un jeune millionnaire qui investit dans l'agence ASK, un rôle qui lui a récemment permis d’être sous les feux des projecteurs des médias français. Il a ainsi notamment été le "Chouchou" du magazine Cosmopolitan du numéro de mai, et le "Dream Boy" du magazine Glamour du numéro d’avril.

Par ailleurs, samedi soir dernier sur le plateau de l'émission On n’est pas couché, l'animateur Laurent Ruquier a invité le producteur et créateur de la série Dominique Besnehard et le YouTubeur Norman Thavaud, qui participe aussi à "Dix pour cent", mais n'a pas oublié de mentionner Assaad Bouab, le qualifiant d’"acteur incroyable qu’il ne connaissait pas bien". Pour le présentateur, l’arrivée d’Assad Bouab "relance totalement la deuxième saison".

La chaîne Canal+ a par ailleurs accordé sa "Carte Blanche" à Assaad Bouab, pour faire découvrir aux téléspectateurs la pièce de théâtre dans laquelle il joue. Le comédien révélé par le film Marock répond au HuffPost Maroc, pour parler de cette aventure sur les planches et de son rôle dans la série "Dix pour cent".

HuffPost Maroc: Comment avez-vous rejoint la série "Dix pour cent"?

Assad Bouab: J’ai fait le casting à Paris de la série, alors que j’étais en tournage de la série Al Ghoul au Maroc. Je correspondais aux critères du personnage, ils m’ont donc contacté pour passer le casting, et j’ai passé trois auditions différentes. C’était une grande fierté de rejoindre cette équipe. C’est une série que j’avais adorée, j’avais vu la première saison et j’ai trouvé que c’était une série très réussie, très bien filmée, très bien réalisée, très bien jouée, avec beaucoup d’autodérision. C’est très cinématographique et je trouve très intelligent le fait que des acteurs jouent leurs propres rôles sans se prendre trop au sérieux.

10 pour cent

Qu’est-ce que ça vous fait de jouer auprès de grands noms du cinéma français?

Ça remue beaucoup de choses en moi. C’est comme si j’étais un petit enfant qui regardait ces acteurs-là et qui se retrouve tout d’un coup dans le même projet qu’eux. Mais mon personnage n’est pas un agent, et il n’était donc pas en contact direct avec les stars. Je n’ai donc pas pu côtoyer toutes les stars présentes dans "Dix pour cent". Mais j'ai partagé le même plateau de tournage avec Julien Doré et Juliette Binoche.

Peut-on espérer vous retrouver pour la troisième saison?

La troisième saison est en cours d’écriture, c'est donc pour l’instant secret. Ils ne nous ont pas tout dit mais il y a bon espoir!

Comment vivez-vous la reconnaissance médiatique en France?

Il y a beaucoup de joie de mon côté parce que c’est plusieurs années de travail qui finissent par payer. Avoir une reconnaissance professionnelle me donne beaucoup de force pour continuer, parce que j’ai commencé avec du théâtre, avant de faire le Conservatoire National de Paris. Après toutes ces années de labeur, de recherche et de remise en question, on arrive à avoir un bon rôle dans une série qui a cartonné. J’ai tout fait pour interpréter Hicham Janowski du mieux possible, et c’est un rôle où on peut montrer beaucoup de choses. Toute cette reconnaissance me touche et ma famille aussi est très heureuse et fière.

Vous êtes actuellement en tournée théâtrale en France. Pouvez-vous nous parler de cette autre expérience, loin des caméras?

C’est une pièce de théâtre du comédien et metteur en scène arménien Simon Abkarian, qui était un de mes professeurs au conservatoire. Il m’a contacté pour me proposer un rôle dans sa pièce, que nous avons présentée notamment à Marseille, Nice et Toulon.

On joue deux pièces qui font partie de la même trilogie "Le Dernier Jour du Jeûne" et "L’envol des cigognes", une tragi-comédie sur les femmes et la Méditerranée qui raconte l’histoire d’une famille pendant la guerre civile. Mon personnage s’appelle Aris, qui est le mari d’une des filles de la famille.

Préférez-vous être devant la caméra ou sur les planches?

Pour moi, c’est à la fois différent et complémentaire. C’est le même métier à quelques ajustements près, même si j’ai toujours une préférence pour le live, donc le théâtre. Mais j’aimerais toujours pouvoir faire du théâtre, des séries et du cinéma.

Avez vous d’autres projets de prévus?

Il y a un long-métrage en préparation qui va débuter en août prochain. C’est un long-métrage très prometteur avec un casting complètement marocain. Je n'en dis pas plus pour l'instant!

Les coups de coeur d'Assaad Bouab

Film préféré: Billy Elliot. Le personnage principal vit dans un univers familial d'Irlande du nord et est animé par sa passion pour la danse.

Série favorite: Aïe, j’ai du mal à répondre à cette question parce que ça passe par des vagues. J’ai tout vu, Homeland, Games of Thrones, Breaking Bad... Mais en ce moment, je regarde Billions.

Le rôle que vous auriez aimé interpréter: J’aurais bien interprété une rock star. Le travail sur le travestissement m’intéresse, j’adore essayer de m’éloigner un peu de ce que je peux offrir d’emblée.

Si vous étiez une œuvre, vous seriez... Le penseur de Rodin, parce que je cogite beaucoup. Le doute est quelque chose qui est toujours présent, sur l’amour, sur la politique… Avoir une réflexion sur les choses, c’est la base de tout.

Un acteur fétiche: Je n’ai pas vraiment d’acteur fétiche, mais il y a un acteur qui sort du lot, c’est Daniel Day-Lewis. Il se fait très rare à l’image mais à chaque fois qu’il apparaît, c’est incroyable. Il y a aussi Marlon Brando, Yves Montand, Jean Gabin... Et puis DiCaprio, évidemment.

Si vous aviez été actrice, vous seriez... Natalie Portman, Meryl Streep ou Hilary Swank, qui est incroyable dans Million dollar baby ou Boys Don’t Cry.

LIRE AUSSI: