Tunisie: Les analphabètes, ce vivier électoral (ÉTUDE)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Une étude sur la participation politique des électeurs, réalisée sur un échantillon de 1008 personnes, vient de révéler qu’environ 80% du total de la population analphabète, estimée à 20% de la population, ont l’intention de participer aux prochaines élections municipales prévues en décembre 2017.

Effectuée par la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES), en partenariat avec le ministère des Affaires sociales et l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), cette étude vise "à mieux comprendre le niveau de participation et d’engagement des personnes analphabètes dans la vie politique et dans les élections" indique un communiqué de presse.

La perception politique des analphabètes

L'un des chiffres clés présenté lors de cette étude est celui de la perception du monde politique de la part des analphabètes: 47,1% des analphabètes interrogés pensent que le pays se dirige vers la mauvaise direction contre 31,9% dans la bonne.

Parmi les plus pessimistes, on retrouve les 18-34 ans, indique l'étude (68.7%).

Comparant ce résultat à une étude effectuée sur un échantillon représentant l'ensemble de la population en âge de voter, l'étude affirme que "les personnes analphabètes sont généralement plus optimistes, ou bien moins pessimistes, que l’ensemble de la population tunisienne sur la direction que prend le pays alors qu’ils sont confrontés à des problèmes sociaux et économiques majeurs".

cs

Concernant la perception politique, 40,8% des analphabètes sondés ont un jugement positif sur la situation politique alors que 49,8% se déclarent "très insatisfaits" ou "insatisfaits".

Ce pourcentage d'insatisfaction politique monte à 73% lorsque le sondage a touché à un échantillon représentatif de l'ensemble de la population.

vzx

Un léger intérêt pour les sujets politiques

Selon cette étude, 51% des analphabètes interrogés affirment s'intéresser à des sujets politiques contre 44,6% qui ne s'y intéressent pas.

csz

Le principal problème, la complexité politique, affirme l'étude.

Ainsi "79% des sondés confirment que 'la politique est tellement compliquée qu’ils n’arrivent pas à comprendre ce qui se passe' " indique l'étude.

vbg

Bien qu'elle leur semble compliqué, 41,7% des analphabètes sondés sont conscient du pouvoir d'influence qu'ils ont, et ce notamment à travers le vote indique l'étude.

v

Seulement près de 50% des analphabètes sondés ont déjà voté

"Les taux de participation que les personnes interrogées ont déclaré pour les élections de l’Assemblée nationale constituante, pour les élections législatives de 2014 ou les élections présidentielles montrent un fort taux de participation et de mobilisation. En moyenne, le taux de participation est de 5 sur 10 personnes", indique l'étude.

Ainsi lors de l'élection de l'Assemblée nationale constituante, ils ont été 52,9% à aller voter, contre seulement 43,8% lors des élections législatives de 2014. Là où ils ont le plus participé, c'était lors de l'élection présidentielle où 53,5% d'entre eux sont allés aux urnes.

vd

Concernant ceux qui ne sont pas allés voter, ils avancent quatre raisons majeures selon l'étude: "leur état de santé, la non inscription sur les listes électorales, leur désintérêt pour la politique et le fait d’être occupé".

Un vivier de potentiels électeurs

Selon l'étude avec seulement 6 personnes inscrites sur 10 aux dernières élections de 2014, la population analphabète représente un large vivier de potentiels électeurs.

Ceux qui ne se sont pas inscrits l'expliquent à 19,3% par le fait de ne pas avoir été informé ou bien ne pas avoir reçu de convocation comme c'était le cas sous l’ancien régime. Par ailleurs, 13% des analphabètes interrogés ne se souviennent pas s'ils se sont inscrits ou pas.

cc

Une forte intention de participation aux municipales

98,4% des sondés affirment ne pas avoir ou avoir peu d'informations sur les élections municipales. Selon l'étude: "Ce résultat souligne l’effort en termes d’informations que l’ISIE et les pouvoirs publics vont devoir entreprendre pour informer les citoyens des enjeux liés aux élections municipales".

Cependant, 81,6% des analphabètes sondés indiquent vouloir s'inscrire en vue des prochaines élections municipales, et 81,4% affirment qu'ils iront voter.

dds

css

v

La démocratie, indéfinie

Interrogés sur la signification de la démocratie, 60,1% des analphabètes sondés ont été incapable de fournir une réponse affirme l'étude.

"Ces chiffres soulignent un besoin très fort d’information et de sensibilisation des personnes analphabètes trop souvent oubliées dans la transition démocratique malgré leur poids démographique et électoral" renchérit le rapport.

Pour 21,9% des sondés, démocratie signifie "droits et libertés" alors qu'elle représente "Quelque chose de négatif/ un mensonge/
il n' y a pas de démocratie" pour 2,6% d'entre eux.

pvoe

Une population marginalisée

Plus d'un analphabète sur deux (58,3%) interrogé estime ne pas avoir le sentiment de participer à la vie politique du pays.

"Les résultats révèlent une marginalisation citoyenne relative des personnes analphabètes qui utilisent très peu les différentes formes d’actions civiques et politiques" indique l'étude à la lecture de ce chiffre.

czg

Parmi les formes d'expression utilisés par les analphabètes, "Travailler en collaboration avec les membres de votre
communauté pour répondre à/résoudre un problème social ou une question de communauté" arrive à la première place des sondès à hauteur de 19,2% suivi de "Contacter ou visiter un fonctionnaire - à tous les niveaux de gouvernement – pour exprimer votre opinion" à 16,5%.

95,2% d'entre eux affirment qu'ils n'ont pas jamais participé une protestation de rue, une marche, une grève, ou une manifestation. Seulement 27,2% d'entre eux expriment qu'ils pourraient le faire à l'avenir.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.